Actualités

La NASA travaille sur un vaisseau à vitesse supraluminique

Par Alfro
13 juin 2014

Un vaisseau à vitesse supraluminique (qui va au-delà de la vitesse de la lumière) est un vieux fantasme de science-fiction. La NASA s'attelle actuellement à enlever le côté "fiction" de la SF.

Dans la banlieue de Houston, au Johnson Space Center, travaille le Docteur Harold "Sonny" White. Ce diplômé de l'Université de Rice (qui se situe aussi dans la ville du Texas) s'est rapidement fait un nom au sein de la NASA en améliorant le système d'inspection de la protection thermale des vaisseaux. Pourtant, c'est pour des travaux beaucoup moins prosaïques qu'il s'est fait connaître.

En effet, depuis il travaille sur la propulsion supraluminique et a même réussi à prouver la faisabilité des théories de Miguel Alcubierre, un physicien mexicain qui a imaginé un système de propulsion qui permettrait de voyager plus vite que la lumière tout en n'allant pas à l'encontre de l'équation de champ d'Einstein. Sa théorie tend à tordre l'espace autour de la navette, qui elle serait toujours à vitesse normale.

Le Dr. Harold White vient de proposer un premier engin théorique, appuyé par les concepts visuels de l'artiste hollandais Mark Rademaker (parce que pour demander des fonds, le nerf de la guerre de la recherche, c'est toujours mieux d'avoir un support visuel). Celui-ci s'appuie sur deux anneaux qui entoureraient le vaisseau et tordrait l'Espace dans une bulle autour de ce dernier en compressant ce qui se trouve devant et allongeant l'espace derrière.

S'il n'est pas le premier à faire cette proposition, il a imaginé une parade au principal problème de cette théorie, celle de l'énergie que demanderait ce système de propulsion. En effet, sa consommation énergétique théorique équivaudrait à la masse de Jupiter, pas franchement hyper pratique. La solution proposée par le Docteur White serait de faire de la bulle autour du vaisseau, un tore, un anneau qui tourne autour d'un autre anneau.

Pour prouver cette théorie, il assemble actuellement un mini-moteur à distorsion pour tenter de récréer le phénomène à une échelle microscopique. Il explique se souvenir de l'épisode du Chicago Pile, où pour la première fois en 1942 une réaction nucléaire contrôlée avait pu produire un demi-watt. Moins d'un an plus tard, un réacteur nucléaire était assemblé et générait 4 watts. S'il utilise cet épisode, c'est pour signifier qu'il ne suffirait que de réussir à provoquer cette réaction une fois pour pouvoir apprendre à la maîtriser.

À terme, si jamais ces travaux aboutissaient, le voyage vers Alpha du Centaure, la plus proche étoile hors de notre système solaire, ne durerait plus que deux semaines. À bord du IXS Enterprise, nom du vaisseau-concept ? Encore un trekkie !

La NASA travaille sur un vaisseau à vitesse supraluminiqueLa NASA travaille sur un vaisseau à vitesse supraluminiqueLa NASA travaille sur un vaisseau à vitesse supraluminiqueLa NASA travaille sur un vaisseau à vitesse supraluminiqueLa NASA travaille sur un vaisseau à vitesse supraluminiqueLa NASA travaille sur un vaisseau à vitesse supraluminiqueLa NASA travaille sur un vaisseau à vitesse supraluminiqueLa NASA travaille sur un vaisseau à vitesse supraluminique

Commentaires