Critiques

Critique - Le dixième vaisseau (Pierre Bordage) - un voyage haletant aux confins de l'espace

Par Richard Lecastor
3 min 23 août 2022
Critique - Le dixième vaisseau (Pierre Bordage) - un voyage haletant aux confins de l'espace
On a aimé
•facile à lire.
•rythme intense.
•beaucoup de retournement de situation.
On n'a pas aimé
•une fin trop vite expédiée.

      Pierre Bordage est un auteur de science-fiction français extrêmement prolifique. Nous lui devons plus d'une centaine de roman de science-fiction et de fantasy parmi lesquels la trilogie des Guerriers du silence et le cycle de Wang pour lesquelles il recevra plusieurs prix. En 2022, il nous présente son nouveau roman, le dixième vaisseau sorti chez Scrineo c'est un récit d'aventure spatial qui nous emmène dans un périlleux voyage aux confins de l'espace.

 

      Livio Squirell est le capitaine du vaisseau stellaire l'Esmerillo, sur la planète Brull il purge une peine à perpétuité pour des meurtres et des escroqueries qu'il a toujours niés. Lorsque le gouvernement lui propose de racheter sa liberté en échange d'une mission très périlleuse en direction de la lointaine galaxie du triangle, Livio accepte sans aucune hésitation. Depuis la planète Brull des signes de vie ont été identifiés en provenance de la galaxie du triangle. Mais le voyage s'annonce dangereux puisque les neufs premiers vaisseaux ayant tenté le voyage ont tous mystérieusement disparu. Afin de s'assurer de la loyauté de Livio, on lui injecte un virus mortel dont les effets se déclencheront au bout de deux ans. C'est donc une véritable course contre la montre qui s'amorce obligeant le capitaine à prendre tous les risques pour rejoindre au plus vite sa destination, dont des bonds spatio-temporels de plusieurs années lumières que personne n'a jamais tenté à ce jour.

 

       Le capitaine entreprend alors de recruter une quarantaine de membres d'équipages pour l'accompagner à bord de l'Esmerillo. Pour cela, il reçoit l'aide d'une mécanospace aguerrie appelée Flogg ainsi que de l'extraterrestre Tarr: il s'agit d'un gomb une espèce ni humaine ni animale qui possède des capacités extrasensorielles. Malheureusement à bord du vaisseau, l'ambiance se dégrade très rapidement, plusieurs sabotages, des mutineries et des tentatives de meurtres entachent le voyage. Quelqu'un veut empêcher l'Esmerillo de rejoindre sa destination. Qui a envoyé les signaux captés depuis la planète Brull et qu'est-ce qui les attend sur place?

 

        L'une des pierres angulaires du roman est la relation entre les humains et les ENHNA, comprenez les espèces non humaine et non animale, les extraterrestres tel que Tarr. A travers différents échanges ou évènements, l'auteur nous renvoie aux maux de nos sociétés actuelles, ainsi la tolérance et le racisme prennent une place non négligeable dans cette aventure, sans pour autant que le roman devienne moralisateur. Un autre aspect que j'ai particulièrement apprécié est le rôle de l'IA du vaisseau qui prend une grande place dans cette histoire, devenant un personnage à part entière. Le dixième vaisseau est un roman facile à lire, l'intrigue est assez simple avec suffisamment de rebondissements pour garder les lecteurs attentifs. Malheureusement la fin est trop vite expédiée et j'aurai adoré avoir plus d'informations sur le devenir des personnages ou sur les relations politiques nouvellement établies entre la voie lactée et la galaxie du triangle. L'auteur nous réserve peut-être une suite, seul l'avenir nous le dira.

 

Chez l'éditeur.

Ou le trouver.

Critique - Le dixième vaisseau (Pierre Bordage) - un voyage haletant aux confins de l'espace

Commentaires