Critiques

Critique - Le Livre Jaune (Michael Roch) : L'amour d'un pirate, une cité d'Ailleurs

Par Morgan - Ephyrose
2 min 30 septembre 2022
Critique - Le Livre Jaune (Michael Roch) : L'amour d'un pirate, une cité d'Ailleurs
On a aimé
- Une plume riche et pleine de poésie
On n'a pas aimé
- Une lecture ardue par moments
- L'œuvre peut diviser tant elle est complexe

Un pirate échoué sur une plage, se demandant s'il est mort.
Carcosa, la cité d'Ailleurs gouvernée par le mystérieux Roi Jaune.
Un aveugle nommé Maas, dont les indications cryptiques sont légion.
Une aventure à la fois épique et introspective, qui interroge sur la vie après l'amour.
Bienvenue dans le Livre Jaune.

Le résumé

Un pirate s’échoue sur les rivages de Carcosa, la Cité d’Ailleurs.
Persuadé d’être mort, il est amené par Maar, un aveugle qui semble tout savoir de lui, au Roi en jaune. Ce dernier, hanté par le souvenir de ses amours, lui propose de revenir à la vie s’il parvient à le débarrasser de sa malédiction.
Commence alors la quête du pirate à la recherche de son propre trésor perdu, Ananova, la femme qu’il a tant chérie et pleurée.
Avec Le Livre jaune, Michael Roch nous plonge dans un drame féerique et poétique aux confins du cosmos, derrière Hastur, Aldébaran et les Hyades.

"On m’appelle Crochet, et mon nom est maudit par les hommes et les femmes qui le prononcent. Je suis un pirate et l’amour est le seul trésor que je ne pourrai jamais souter. Je vis avec cette hantise qui m’obsède comme un tic-tac continuel, un aller-retour incessant entre la peine, le manque, la tristesse, la mélancolie, la peur, l’étouffement, le dégoût, la rage et la joie. Je ne possède rien, rien ne m’appartient. " 

Notre avis


Ce récit de Michael Roch, réédité chez Mu en 2019, est proposé dans un écrin des plus sublime, avec son papier épais et son étrange spirale faisant office de logo sur la tranche. Le label Mu, encore jeune, essaie avant tout d'offrir dans son catalogue une sélection d'ouvrages mettant davantage l'accent sur les personnages que sur le monde dans lesquels ils évoluent, chose trop souvent délaissé dans la SFFF.

Michael Roch, déjà connu pour son Moi, Peter Pan paru chez Folio SF, offre ici un récit pour le moins complexe à appréhender tant il est richement détaillé. L'accumulation et la répétition sont les figures de style prédominantes, et il faut bien admettre qu'entrer dans l'aventure n'est d'abord pas chose aisée. Flirtant entre onirisme et féerique, l'histoire est avant tout l'occasion d'offrir l'un des essais les plus vibrant et poétique que j'ai pu lire à ce jour sur la thématique de l'amour.

"Et si le temps nous manque, c'est parce que nous n'avons qu'une seule vie. Une seule vie avant de regagner le magma des âmes et des consciences flottant par-delà nos univers. Nous avons été dotés d'une origine, nous courons vers une fin qui nous a été promise ; créons alors la vie que nous désirons le plus ardemment, car entre ces deux points, nous sommes seuls maîtres de notre navire." 

La lecture de cette histoire d'amour perdu ne doit donc pas être faite à la légère, sous peine d'un décrochage. Pour autant, il serait triste de passer à côté d'une des plus belles plumes de notre décennie, d'une richesse exquise.
Si l'on devine rapidement la conclusion finale, c'est avant tout l'aventure poétique et Ulyssienne qui nous enivre l'esprit.

Une valse constante de mots, que je ne peux que vous inviter à rejoindre ! 

Chez l'éditeur

Où le trouver

Critique - Le Livre Jaune (Michael Roch) : L'amour d'un pirate, une cité d'Ailleurs