Critiques

Stranger Things, S2E5 - le récap'

Par Manu
31 octobre 2017
Stranger Things, S2E5 - le récap'
On a aimé
• Bob
• Noah Schapp
• La réaction de Max à Lucas
On a pas aimé
• Ça traîne
• C'est un peu

On atteint la mi-saison alors que l’intrigue commence à peine et que les promesses ne semblent pas toutes tenues.

Le tristement célèbre Zombie Boy a changé de déguisement d’Halloween pour devenir un Possessed Boy, mais au-delà du jeu de Noah Schnapp, le reste peine à sortir du lot.

Ce qu'on a pensé de l'épisode

On remarquera que cette saison tend un peu plus à donner de la tension horrifique à certaines scènes, ce qui ne ressortait pas dans la première saison qu’on pourrait qualifier de plus enfantine. Mais ce n’est pas pour ça que son intrigue, et surtout son rythme, en sont plus maîtrisés. D’autant que le principal enjeu de cet épisode tourne autour de la survie de Hopper, piégé par une incursion de l’Upside-Down à Hawkins. Noah Schnapp continue de très bien s’en tirer dans son rôle, alors que Winona Ryder récupère de facto son statut de mère apeurée de la première saison.


Dans cette intrigue, c’est une nouvelle fois le Bob de Sean Astin qui sort son épingle du jeu, tout en référençant allègrement les Goonies. Un nouveau personnage mis en avant cette saison pour être le pendant adulte de notre groupe d’adolescent. Et ça le rend sympathique.

Les autres ne sont pas en reste mais continuent les chemins pris dans les épisodes précédents, sans que rien de transcendant n’en ressorte. On remarque l’amitié forte de Will et Mike, alors que Lucas continue de forger sa relation avec Max. Enfin Dustin fait face aux conséquences de son adoption de Dart, et finit par y mêler de façon bienvenue notre cher Steve.

Enfin, Nancy et Jonathan continuent leur quête qui les emmène aux portes de l’absurde en incluant un délire conspirationniste. On aurait sûrement pu trouver mieux pour les rapprocher de nouveau.

Le moment fort

Après la découverte d’Eleven dans l’épisode précédent, celle-ci retrouve physiquement sa mère, et est capable de se plonger dans les souvenirs qui l’ont amenée à son état présent. On en découvre donc plus sur les origines de « Jane », mais aussi sur les actions de sa mère par la suite qui l’ont amenée à être lobotomisée, et à vivre en boucle l’horreur de la perte de sa fille. De quoi marquer les spectateurs et la jeune adolescente déjà très perturbée.


La réplique culte

Que ce soit pour avoir l’air cool à découvrir une nouvelle espèce, ou pour toute autre stupide raison, c’était une mauvaise idée de la part de Dustin de recueillir un bébé-monstre chez lui, bien qu’il n’ait pas forcément su quelle était son origine. Mais ça Dustin le découvre violemment avec la perte d’un être cher : Mews, son chat, sacrifié sur l’autel du petit déjeuner des champions de l’Upside-Down.

S’en suit une tentative de piéger le monstre qui se conclura mieux que ceux à quoi on s’attendait, ponctuée d’un « I’m sorry, you ate my cat » (« Je suis désolé mais tu as mangé mon chat »). Serait-ce ça le dur passage vers l’âge adulte dont les gens parlent ? 

Commentaires