Critiques

The X-Files S10E05, la critique

Par Manu
18 février 2016
The X-Files S10E05, la critique
On a aimé
• Une prise de risque
• Une scène très drôle et onirique
On a pas aimé
• Le duo de clônes insipides
• Un sujet souvent vu et mieux maîtrisé ailleurs

Après trois épisodes laissés à des vétérans de la série, Chris Carter revient pour terminer cette saison 10 de X-Files via deux épisodes, et le doute nous envahit de nouveau.

Le sentiment laissé par le premier épisode de cette saison était celui du gâchis. Le gâchis d’une histoire culte des années 90 revue et corrigée à travers le prisme des peurs de Chris Carter sur le monde moderne. Et avec ça, la sensation de vouloir mélanger deux univers et deux visions qui ne s’accordent pas forcément.


Babylon repart dans cette direction, en s’ouvrant sur une scène on ne peut plus d’actualité, via un attentat terroriste. Et la survie de l’un des terroristes, dans un état végétatif, devient le prétexte à l’introduction de deux nouveaux personnages dans l’univers de Mulder et Scully : les agents Miller (Robbie Amell) et Einstein (Lauren Ambrose), copies presque conformes de nos héros, si ce n’est qu'ils tendent fortement vers le parodique. Le jeu pourrait être intéressant si on ne se rendait pas vite compte que la parodie est accidentelle, et que Chris Carter est sérieux avec ses personnages.

Miller est donc un « croyant », et Einstein une scientifique sceptique, partis consulter Mulder et Scully sur une idée de Miller pour tenter de trouver un moyen de communiquer avec ce terroriste devenu légume. Si on grince les dents à l’idée évidente d’introduire ces personnages pour en faire éventuellement les héros d’un spin-off, cet épisode s’amuse à mettre en retrait Mulder et Scully, et à mélanger les duos d’enquêteurs pour suivre leur évolution parallèle.

Posé comme un exercice de style, Babylon ose des choses, particulièrement sur sa thématique et le message évident que veut faire passer Carter, pas forcément évident sur une chaîne comme la Fox. Mais la forme et le fond laissent fortement à désirer, et on s’ennuie finalement fermement pendant une quarantaine de minutes, portés par une histoire finalement insipide.

À un épisode du final, on se perd à tenter de comprendre où veut nous amener Chris Carter, et surtout si lui-même a une idée globale derrière la tête plutôt qu’un amoncellement de messages divers et variés accumulés ces quinze dernières années, et qu’il cherche à balancer comme il peut. Décevant.

Commentaires

Mots clés

X-Files FOX