Dossiers

Ce génie d'Alex Garland passe à la réalisation avec Ex Machina

Par Alfro
27 août 2014

Si Danny Boyle est désormais (enfin, ça fait quand même un moment maintenant) reconnu comme un cinéaste d'exception, il ne faut pas oublier qu'il a eu sur plusieurs de ses films le concours d'un homme de l'ombre de génie : Alex Garland. Ce dernier a enfin décidé de rentrer dans la lumière pour dévoiler son tout premier long-métrage.

Ce génie d'Alex Garland passe à la réalisation avec Ex Machina
1 - De Manchester au Soleil
2 - On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même
1. | De Manchester au Soleil

Alex Garland est un pur produit de Manchester, un de ces lads qui a traversé les années 90 en écoutant la scène de Madchester et consommé son lot de drogues artificielles avant de partir sur les routes avec seulement un sac à dos, notamment pour aller découvrir l'Asie du Sud-Est (il a vécu quelques temps à Manille durant son enfance). De ces voyages, il en a retiré le roman La Plage. Celui-là même qui servira plus tard de base au film du même nom de Danny Boyle.

Entretemps, il avait écrit un deuxième roman, The Tesseract, qui va lui aussi être adapté au cinéma, par Oxide Pang Chun. Bien qu'ayant Jonathan Rhys-Meyer au casting, il vaut mieux rester sur le roman pour éviter toute déconvenue. Il est plus intéressant de se concentrer sur le premier travail que Garland a fait directement pour le grand écran : le scénario de 28 Jours Plus Tard. Ce nouveau film de Danny Boyle, où le mythe du zombie est magnifié par la psychologie tortueuse et torturée de ses personnages, montre déjà toute l'étendue du talent du jeune scénariste.

Après un troisième roman, The Coma, Garland va prolonger sa collaboration avec Boyle (et l'acteur Cillian Murphy) puisqu'il signe le scénario de l'un des films de science-fiction les plus importants (et sous-estimés) de ces dernières années : Sunshine. Mêlant habilement concepts de hard-science, propos philosophiques et une écriture des personnages toujours aussi juste, Alex Garland gagne ici une stature qui en fait l'un des auteurs les plus à suivre de Grande-Bretagne.

Un épisode de Batman : Black and White plus tard, il retourne au cinéma avec le scénario de Never Let Me Go, film sublime et trop méconnu, où Carey Mulligan, Andrew Garfield et Keira Knightley sont emportés dans un triangle amoureux et où la SF est un prétexte à une exploration de la condition mortelle de l'être humain. Véritable échec au box-office, ce long-métrage qui est loin des standards hollywoodiens se perd dans les limbes du 7ème Art.

Pas grave, Alex Garland a plus d'une corde à son arc et il va signer le scénario de Enslaved : Odyssey to the West, un jeu vidéo de Ninja Theory (qui signent aussi Devil May Cry dont Garland a supervisé l'histoire) qui transpose le célèbre roman chinois Voyage vers l'Occident dans un univers post-apocalyptique et avec Andy Serkis qui réalise l'une des premières performances en motion-capture du jeu vidéo. Ce petit détour effectué, Alex Garland revient au cinéma et signe le scénario de Dredd. Une fois n'est pas coutume, plombé par une communication aux abonnés absents, ce film est aussi un échec.

Le temps pour Garland de tourner une page ?

Chapitre Suivant

Commentaires