Actualités

Sur le tournage du Cinquième Élément, Bruce Willis ne quittait pas Luc Besson

Par Corentin
8 novembre 2017

Après la déception Valérian de cet été, les fans de Luc Besson époque Léon et Nikita se remémorent un autre film de science-fiction qui aura récupéré des idées chez Jean-Claude Mézières. Le cinéaste se remémore le tournage, et un accord particulier négocié avec sa star Bruce Willis.

Tandis que ses actionnaires prennent des décisions sans lui, Luc Besson continue d'espérer une suite à Valérian, projet de toute une vie dont La Cité des Mille Planètes n'aurait du être que le premier épisode. Pour les fans des premiers travaux du réalisateur dans le cinéma à grand spectacle, la déception était d'autant plus grande quand on compare le résultat à son autre space opera, Le Cinquième Élément, en 1997.

Dans une entrevue avec ScreenRant, Besson se remémore le tournage du film et un accord très particulier entre lui et Bruce Willis, qui aura conduit l'acteur à s'asseoir à ses côtés pendant l'ensemble du tournage, entre chaque prise de vue.

"Je me rappelle il y a longtemps sur le Cinquième Élément que l'assistant de Bruce Willis était venu me voir et m'avait dit 'ok, je vais vous expliquer comment ça fonctionne. Vous devez nous prévenir trente minutes avant que Bruce n'ait à tourner une scène, ensuite quinze minutes avant puis une dernière fois cinq minutes avant qu'il entre en plateau.' Je lui ai répondu 'je tourne un plan toutes les quatre minutes, vous n'êtes pas sérieux ?', il m'a dit ' qu'est ce que vous voulez dire, un plan toutes les quatre minutes ?'. Ouais ! (rires) Je tourne un plan puis je bouge la caméra et j'en tourne un autre, donc ce sera difficile de vous prévenir une demie-heure avant.

Alors j'ai passé un accord avec Bruce, je lui ai dit que plutôt que de venir travailler cinq jours par semaine, vous savez, du lundi au vendredi, il pourrait peut-être venir travailler quatre jours. Lundi, mardi, mercredi, jeudi, mais il s'assied dans le box [ndlr : du réalisateur] à côté de moi et à côté de la caméra, on tourne comme des malades, et il m'a répondu 'okay ! Ça marche !'. Après, pendant tout le tournage il était à quelques mètres de la caméra assis dans son box, et il avait l'air ravi. Parce qu'il préférait tourner vite et dans l'intensité."

On pourra s'amuser de constater les différences entre les Etats-Unis et la France sur la conception des plateaux de tournage, ou se demander si cette intensité dans la réalisation n'aura pas été l'un des aspects "authentiques" de Besson sacrifiés par le poids des années.

En définitive, on est cependant heureux de savoir qu'à l'heure actuelle, aucun projet de suite au Cinquième Élément n'est encore en projet.

Source

Commentaires