Critiques

Critique - Les aigles de l'Empire T.1 (Simon Scarrow) : Un premier roman enfin traduit en français !

Par Baalooos - Charles-Edouard
4 min 29 novembre 2021
Critique - Les aigles de l'Empire T.1 (Simon Scarrow) : Un premier roman enfin traduit en français !
On a aimé
- La formation des légionnaires
- La réalité historique
On n'a pas aimé
- La campagne de Bretagne qui arrive trop tard dans le livre (promesse de couverture)

Auteur prolifique en langue anglaise avec plus d'une quarantaine de romans à son actif, Simon Scarrow arrive enfin en France chez Bragelonne grâce à la traduction de Benoit Domis !

Fraîchement débarqué de Rome où il n’a connu que la vie à la cour, le jeune Cato est promu optio dans la seconde Légion sur ordre personnel de l’empereur. Il deviendra alors le second du centurion Macro qui se prendra d’affection pour cette jeune recrue n’ayant rien d’un guerrier. A leurs côtés, on découvrira la formation des légionnaires mais aussi les difficultés administratives liées au commandement d’une centurie. Cato va devoir faire ses preuves afin de montrer à son centurion et au reste de la légion qu’il n’est pas uniquement un intriguant promu grâce à ses relations, mais qu’il peut être un véritable atout pour ses compagnons d’arme. De la Germanie aux côtes de Bretagne, nous allons suivre les péripéties de nos deux héros afin de déjouer un complot contre l’empereur.

Dans un style simple et direct, Simon Scarrow nous fait découvrir le fonctionnement de la Legio II Augusta de l’intérieur. Au fil de la lecture, on découvre avec beaucoup de détails les rouages internes d’une légion, que ce soit l’entraînement très rudes des jeunes recrues ou les arcanes de la bureaucratie nécessaire au bon fonctionnement d’une légion de plusieurs milliers d’homme. Ce souci du détail et de l’exactitude historique va contribuer à nous immerger dans l’histoire et à mieux comprendre les romains et leurs habitudes.

Afin de donner vie à la légion, l’auteur nous présente une galerie de personnage très divers. On rencontre tout d’abord Macro, légionnaire expérimenté fraîchement promu centurion après de nombreuses années de service. C’est un homme du peuple qui ne doit sa progression qu’à son dur labeur. On découvre ensuite son antithèse, Cato, jeune recrue fraîchement arrivée de Rome, promue sur ordre express de l’empereur et ne connaissant rien à la vie hors d’un palais. C’est un jeune homme raffiné et très cultivé, c’est par ses yeux qu’on va comprendre le fonctionnement d’une légion. On croisera aussi le chemin de Vespasien, commandant en chef de la seconde légion, de sa femme Flavia Domitia qui a connu Cato lors de sa vie au palais et d’autres personnages tous plus ambigus les uns que les autres.

Dans ce premier roman, Simon Scarrow nous brosse un portrait très cru de ce premier siècle après J.C. où l’Empire Romain s’oppose de manière brutale et souvent violente avec les peuplades des territoires conquis. Ce monde sans concession n’offre du repos qu’à l’intérieur des camps fortifiés, outils permettant aux légions de garder sous contrôle des populations sauvages. L’auteur met aussi en lumière les nombreuses luttes de pouvoir à Rome. Il prend le temps de nous présenter ses personnages et de construire son histoire qui s’intègre à la grande histoire. La campagne de Bretagne, promise dans la quatrième de couverture n’arrive que très tardivement dans le livre et sera très certainement développée dans les nombreuses suites du roman, la série comptant 19 romans en 2020, seulement 4 sont actuellement traduits et disponibles...

Avec L’Aigle de la légion, Bragelonne réédite un classique et nous entraîne dans un voyage en direction des côtes Bretonnes aux côtés de la Legio II Augustus. Les pages filent comme les kilomètres sous les pas des légionnaires et ce roman, très documenté, est une excellente introduction à l’histoire romaine !

Chez l'éditeur

Où le trouver

Commentaires