Critiques

Critique - Nos Futurs (Collectif) : Une anthologie pour demain !

Par Mathieu - Matiou
3 min 19 août 2022
Critique - Nos Futurs (Collectif) : Une anthologie pour demain !
On a aimé
- La vulgarisation scientifique
- La diversité des histoires et des genres
- La richesse des réflexions
On n'a pas aimé

Nos Passés sont des archives artistiques de notre imagination. Les temps sont flous et clairs à la fois. Les narrations prospectives sont des tisseuses de perspectives à nulle autre pareille. Chaque auteur et autrices de cette anthologie nous émerveillent grâce à leurs inquiétudes et tourments face à des futurs incertains. Nos Futurs réunit un panel d’auteurs et autrices françaises réputées ou à connaitre. Cinq femmes et cinq hommes ont mis tous leurs talents et leurs maitrises des mélodies syllabiques pour nous conter plusieurs Anthropocènes à venir. L’envie de narration allait de pair avec la vulgarisation scientifique. Les quatorze femmes et hommes de science synthétisent des générations de savoir en si peu temps que ça en devient indécent et délectable. La science-fiction s’émerveille des différences, des changements d’échelles et des altérités spatio-temporels. Elle se délecte des détours et des bifurcations. Les futurs décrits dans ce recueil sont rafraichissants, inquiétants mais aussi apaisants. L’idée de ce recueil nous vient tout droit des Utopiales de 2018. Tout part d’un apéro entre copains de longue date, se réunissant pour organiser des retraites et changer les choses, oublier le catastrophisme et à la recherche de nouveaux récits. Nos Futurs s’écrivent à l’aune des transitions pré-effondrement. Voici venu le temps des dystopies réparatrices.

 

La Chouette et le Dragon : réunir les deux cultures

La vulgarisation scientifique est difficile car sujette à des risques de failles, de généralités et de raccourcis intempestifs. Les quatorze scientifiques de ce recueil ont eu la bonne idée d’être clair et enthousiastes, d’expliquer simplement tout en étant précis. Venant de nombreuses institutions françaises scientifiques et médiatiques, les discours sont légitimes et digestes pour un lectorat averti ou amateur de textes de sciences physiques et humaines. Les textes ne sont pas introduits au hasard, ils suivent un agencement saupoudré de détails et d’urgence climatique. Les ODD, les Objectifs de Développement Durable, définis en 2015 par les pays membres de l’ONU, sont la matrice de ce recueil. Chaque texte est selon un ODD. Tous n’y sont pas décrit, car il a fallu faire des choix. Dix sur dix-sept sont quand même présents. Les thèmes de ces ODD représentent les espoirs en un futur meilleur pour l’Humanité. Celle-ci est diverse, complexe, multiculturelle et multifacettes. Les ODD sont et seront des valeurs du futur à atteindre et à préserver. Chaque auteur et autrice romanesque va de pair avec un ou une scientifique, leurs textes se répondent et transpirent l’entente et le respect. L’imaginaire et la science, le Dragon et la Chouette, entretiennent des relations apaisées et conflictuelles depuis des générations. Le réchauffement climatique de l’Anthropocène actuel est une source inépuisable de récits médiatifs, réflexifs, activistes, méditatifs et préventifs. Ce recueil n’est ni le premier et ni le dernier à vouloir embrasser ces deux cultures littéraires.

 

 Les scientifiques de Nos Futurs [Mathieu Garcia]

 

Autrices et auteurs de Nos Futurs [Mathieu Garcia]

 

Autres anthologies SF (liste non exhaustive) :

+ Moissons futures 2050 : la SF française se met à table [La Découverte, 2005] (Claude Ecken, Laurent Genefort, Karim Berrouka, Lionel Davoust) : 18 nouvelles

+ Ceux qui nous veulent du bien. 17 mauvaises nouvelles d’un futur bien géré [La Volte, 2010] En partenariat avec La Ligue des Droits de l’Homme

+ Faites demi-tour dès que possible. Territoires de l’imaginaire [La Volte, 2014] : 14 nouvelles

+ Au Bal des Actifs. Demain le Travail [La Volte, 2017] : 12 nouvelles (Catherine Dufour, Karim Berrouka)

+ Par-delà l’horizon [ActuSf,2021] (avec entre autres Pierre Bordage, Jeanne-A Debats, Romain Lucazeau, Floriane Soulas)

+ Nos Futurs Solidaires [ActuSF, 2022]

 

 Institutions et autres entités de Nos Futurs (liste non exhaustive) [Mathieu Garcia]

 

Des imaginaires anthropocéniques

Les genres ne sont plus, ils sont dans un ailleurs sémantique. Cela peut nous échapper ou nous restreindre. Seul l’avenir et les restes de réflexion passeront sur ces questionnements qui n’ont plus cours quand on tombe par mégarde sur de très bons récits tels que présentés dans ce recueil. Ces récits nous emmènent loin, très loin et par-delà nos craintes du futur et du temps qui passe, par-delà les géographies et les voyages et par-dessus tout, ils nous préviennent d’un avenir possible. Entendre la Symphonie du Nouveau Monde, reculant face aux rasetempêtes, se demandant à quoi ressemble un cafardnorme, les « Immeubles haussmanniens grées de voiles à rosée » surplombant un Google armé de son pinceau. D’une Datcha à la Grande Muraille Vert, d’une France postapocalyptique à une société suédoise décarbonée, le changement est partout. L’immobilité devient un mouvement quand le monde autour tourne sans cesse. Les référentiels de ces nouveaux narratifs sont évocateurs et partage entre eux une nostalgie d’un présent pas tout à fait révolue. La science-fiction est là où on ne l’attend pas. La SF réchauffe nos cœurs et ce n’est pas grave s’il fait déjà chaud dans la zone du dehors.

 

« Je n’ai plus envie de bouger, et pourtant je veux partir ».

 

Climate-fiction : l’arbre polysémique

De Maja Lunde à James Graham Ballard, de Kim Stanley Robinson à Octavia Butler, la climat-fiction est impressionnante de justesse. Son origine est difficile à cerner et tant mieux. De l’Atlantide à l’Anthropocène il n’y a qu’un changement d’échelle. Propulsé au rang de genre science-fictionnel définitivement ancré dans son époque, la climat-fiction de Nos Futurs est une des plus belles itérations climat-fictionnelle française. La science-fiction française est sans limites, les transgressions sont légion et les insubordinations sont demandées. Elle est belle car elle se permet de grandes choses, elle est généreuse dans sa diversité et téméraire par son insolence. Ce recueil est politique, il porte des visions systémiques de plusieurs transitions à venir. Il est passionnant de se laisser emporter par la douce mélodie des symphonies de ces mondes alternatifs. Ce panorama fictionnel est friand de cassures et de continuations.

 

 

ActuSF propose ici un recueil de grande qualité et cela ne se refuse pas ! Les nouvelles sont tantôt déconcertantes et tantôt confortables. Tous les futurs possibles ne sont pas enviables, loin de là. Les rasetempêtes sont dangereuses autant que les warlords du Grand Paris. Ce recueil est un divertissement et un avertissement. Nos futurs ne sont pas figés, ils sont réconciliables. Le plaisir de lecture est présent et la qualité de l’édition est palpable. Cette anthologie est d’actualité, faisons en sorte que ses futurs ne se réalisent pas. Il est temps de se réveiller, l’imaginaire le permet.

Chez l'éditeur

Où le trouver

Merci à ActuSf pour ce service-presse. Merci pour ce recueil passionnant. Puisqu'il faut changer les choses. C'est l'enjeu.

Critique - Nos Futurs (Collectif) : Une anthologie pour demain !Critique - Nos Futurs (Collectif) : Une anthologie pour demain !Critique - Nos Futurs (Collectif) : Une anthologie pour demain !Critique - Nos Futurs (Collectif) : Une anthologie pour demain !Critique - Nos Futurs (Collectif) : Une anthologie pour demain !

Commentaires