Dossiers

L'encyclopédie de Syfantasy : découvrez le cyberpunk

Par -- David --
8 février 2018

Préambule : Nous n'avons souvent qu’une vision empirique de ce qui fait un genre littéraire. On sait reconnaître ses motifs les plus évidents : un vaisseau spatial, c'est du space opera, des dragons, c'est de la fantasy. Pourtant, un genre a souvent une origine, une histoire, une évolution. Il y a par exemple une différence de fond entre le cyberpunk et le postcyberpunk qui ne tient pas qu’à l’époque, mais à une vraie opposition dans la manière de penser le monde. Cette encyclopédie a pour ambition de répondre à ces questions de la manière la plus claire possible. L’autre enjeu est de mettre en valeur une sélection d’œuvres qui ont façonné le genre, qui lui ont donné ses lettres de noblesse, mais aussi celles qui l’ont réinventé. Nous nous sommes concentrés sur la littérature, le berceau originel du cyberpunk, mais nous n’oublions pas ce que le cinéma, la bande dessinée, le manga, le jeu de rôle ou le jeu vidéo ont apporté son lot de chefs-d’œuvre. J’espère que vous apprécierez ce dossier. N’hésitez pas en commentaires à nous parler des œuvres cyberpunk qui vous ont marqué. Chaque entrée de l’encyclopédie est vouée à s’améliorer avec le temps, nous y inclurons tous les articles, podcasts, vidéos qui aborderont le sujet.

Dans les années 80, un genre littéraire allait marquer considérablement la culture populaire : le cyberpunk. Avant de désigner tout un courant, ce terme est tout d’abord apparu comme titre d’une nouvelle de Bruce Bethke, dans Amazing Stories. Il finira par caractériser un pan entier de la science-fiction lorsque le critique Gardner Dozois, dans un article du Washington Post intitulé « SF in the Eighties », qualifiera l’œuvre de William Gibson, l’un des pères de ce courant, de « cyberpunk ».

Ce mouvement littéraire est basé sur deux moteurs principaux, les sociétés technologiquement avancées et la dystopie. En 1988, dans un essai sobrement titré cyberpunk, Mark Downham, figure de la scène post-punk et des situationnistes en Angleterre, déclare que le cyberpunk est aux prises avec le noyau brut du futur proche. Ses mythes. Ses idées. Ses pratiques.

D’autres motifs vont se retrouver dans les romans qui caractérisent ce genre : l’humanité modifiée, les mégacorporations qui supplantent les État, les IA, les nanomachines, le cyberespace, les hackers.

Le film Blade Runner de Ridley Scott a aussi eu un impact important sur la perception grand public du genre. Il a fixé dans l’esprit une certaine iconographie. Penser au cyberpunk, c’est apercevoir tout de suite des images rémanentes, grâce à des éléments clés : une cité qui s’étend jusqu’au ciel, une architecture multiculturelle, des véhicules aériens, de la publicité partout, un éclairage aux néons. C’est le premier genre où les motifs ont pris le pas sur le sens.

Ce sont autant de détails qui donnent l’identité à ce courant littéraire. Avec le temps, certains auteurs ont joué avec ces clichés pour mieux les tordre et lui redonner de la substance afin de créer des œuvres singulières qui prouve que le cyberpunk est un genre au combien vivant.

Crédit image : Cyberpunk City by artursadlos

L'encyclopédie de Syfantasy : découvrez le cyberpunk
1 - Sélection d'oeuvres à l'origine du genre
2 - Le postcyberpunk
3 - Le cyberpunk n'est pas mort !
4 - Cyberpunk ou postcyberpunk ?
5 - Annexe : Le cyberpunk sur Syfantasy
1. | Sélection d'oeuvres à l'origine du genre

Le cyberpunk n’est pas né spontanément. Il a été influencé aussi bien par le mouvement de la Beat Generation que par les romans de science-fiction de Philip K ; Dick ou de JG Ballard. Son univers est empreint de violence. Ses créateurs ont une vision pessimiste de l’avenir. Le slogan punk « No Future ! » est une véritable composante du genre. Dans leurs œuvres, les populations sont souvent aliénées par la technologie par les mégacorporations qui dirigent dorénavant le monde. Le héros est un marginal qui navigue dans les zones grises de ce monde. Le cyberpunk est un courant littéraire éminemment politique.

• Neuromancien de William Gibson

 
Case est le meilleur hacker. Le cerveau relié directement à la matrice, il est le roi pour pirater les données confidentielles, mais il a fait l’erreur de vouloir doubler l’un de ses employeurs. En représailles, celui-ci lui injecte une neurotoxine qui lui grille le système nerveux, le laissant dans l’incapacité de retourner dans le cyberespace. Un jour, Armitage, un homme mystérieux, lui propose de lui redonner la possibilité de se connecter à la matrice à nouveau, en échange d’un service. Case ne peut refuser. Accompagné par Molly, une mercenaire, il devra tenter de pénétrer le système informatique d'une gigantesque multinationale, l'entreprise Tessier Ashpool.

Neuromancien est un monument de la science-fiction. À l’instar de Watchmen dans le comics, il a révolutionné toute la culture. Sans ce roman de William Gibson, Ghost in the shell ou Matrix et des centaines d’autres œuvres n’auraient jamais vu le jour.

Neuromancien, le chef d'œuvre de William Gibson est disponible au format poche aux éditions J'ai Lu. Vous pouvez vous procurez ce roman en passant par notre boutique partenaire en suivant ce lien.

• La schismatrice de Bruce Sterling

 
Au cœur d'un système solaire colonisé par un étrange agrégat de cultures humaines, les Morphos, adeptes de la modification génétique, et les Mécas qui ont choisi la voie des machines se livrent une guerre fratricide. Abélard Lindsay, issu de la République corporatiste circumsolaire de Mare Serenitatis se retrouve au cœur de ce conflit dont l’enjeu est de contrôler la destinée de l’espèce. Le héros décide de réconcilier ses différentes factions autour d’un projet commun, la terraformation des mondes.

Schismatrice démontre que l’on n’a pas besoin de placer son action dans un milieu urbain éclairé au néon, pour être un classique du genre. Dès la fin des années 70, Bruce Sterling travaille sur le cycle Mécas/Morphos avec une série de nouvelles regroupé dans le recueil Cristal Express. Le roman Shismatrice sera le pinacle de cette aventure littéraire.

Seule ombre au tableau, il est difficile de trouver une édition récente de ce livre, pour le moment. Il faudra faire les bouquinistes et creuser les marketplaces de sites marchands pour arriver à mettre la main sur ce roman.

• Cablé + de Walter Jon Williams


Les Orbitaux dirigent maintenant la Terre. Cowboy, ancien pilote de chasse déchu, sillonne une Amérique dévastée par la guerre en livrant de la marchandise de contrebande au bord de son panzer. Il a les nerfs câblés, son crâne porte cinq broches afin de connecter les périphériques sur son cerveau, il arbore aussi des yeux Kikuya Optics avec toutes options disponibles. Il va faire équipe avec Sarah qui possède un cybercobra enfoui dans sa gorge. Atour d’eux, ils vont réunir une équipe improbable de marginaux afin de faire un dernier coup contre les orbitaux.

Sorti deux ans après le Neuromancien de William Gibson, Cablé est l’une des œuvres majeures du genre. Western futuriste qui montre la résistance d’une poignée d’individus face à la puissance de mégacorporation qui dans son avarice a ruiné la Terre.

Ce roman a connu plusieurs éditions, la dernière en date parue chez Denoël comprend deux romans et deux longues nouvelles réunis sous le titre Câblé +. Vous pouvez vous procurer ce roman en suivant ce lien.  

Chapitre Suivant

Commentaires