Dossiers

Pink Floyd - The Piper at the Gates of Dawn

Par Woulfo
26 avril 2015

Aux confins du psychédélisme, les membres de Pink Floyd n’ont eu de cesse d’avouer leur amour au fantastique et à toutes ses déclinaisons. Si de nombreuses compositions de Nick Mason, David Gilmour, Roger Waters et Richard Wright portent un label  SF avoué et inexorable, Syd Barrett a aussi eu l’occasion de mettre en avant son amour pour l’imaginaire. Un imaginaire différent, plus porté vers le conte enfantin poétique que vers les grandeurs astronomiques des autres membres du groupe.

Pour ce présent dossier, c’est le premier album mythique du groupe, The Piper at the Gates of Dawn qui nous intéresse. L’album est composé essentiellement par Syd Barrett, premier chanteur/guitariste des Pink Floyd et génie musical à la carrière éphémère mais à l’influence phénoménale. Ce sont ses thèmes qui ressortent à l’écoute de l’album : un condensé de poésie, magie, conte, fantastique et… psychédélisme.

 

Pink Floyd - The Piper at the Gates of Dawn
1 - Syd Barrett, une légende à lui tout seul
2 - Voyage Intergalactique
3 - Syd, conte-nous une histoire
1. | Syd Barrett, une légende à lui tout seul

Album composé à Abbey Road en 1967 dans le mythique studio n°3, les Pink Floyd étaient alors voisins des Beatles qui enregistraient l’un de leurs plus grands albums au studio n°2 : Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band. L’influence mutuelle entre les deux groupes alimente encore de nombreux débats. Syd Barrett n’a jamais caché son amour pour les Beatles qui furent certainement une de ses plus grandes influences d’écriture : « Syd adorait John Lennon et aurait presque préféré mourir que de le rater » nous apprend par exemple sa petite amie de l’époque.  Norman Smith, producteur de l’album avoua quant à lui : « Le Floyd craignait les Beatles, Syd semblait plus motivé par les rencontrer que de faire partie de son groupe ». De son côté, Paul McCartney assistait quelques années plus tôt à un concert mythique de Pink Floyd à l’UFO Club et fut tellement sonné devant le spectacle qui lui était proposé que certaines voix pensent que l’influence du concert se ressent à travers Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band, notamment le manager du groupe : « Je suis persuadé que les Beatles copiaient ce que nous étions en train de faire ». Chacun y fera son propre avis, McCartney a cependant avoué que le premier album des Pink Floyd était une merveille.

C’est dans ces conditions que The Piper at the Gates of Dawn voit le jour durant l’été 1967. Le nom de l’album provient d’un nom de chapitre du roman Le Vent Dans les Saules de Kenneth Grahame, livre qui a imprégné l’imaginaire de Syd Barrett. Classique de la littérature enfantine britannique souvent comparé à Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll (à noter que le titre du premier album solo de Barrett est une référence directe au Chapelier Fou), le roman est sorti au début du XXème siècle et propose un mélange singulier d’aventure et de mysticisme avec des protagonistes animaliers. Il est intéressant de noter ce mélange qui sied (Syd, sied, vous l’avez ?) à merveille à l’écriture et aux chansons de l’album qui sont un appel au voyage poétique fantastique accouplé au rêve enfantin.  Très peu de personnes ont touché la grâce et la beauté poétique de son écriture sur cet album. Son influence est encore aujourd’hui considérable auprès de la scène musicale britannique et son décès en 2006 avait suscité un vif émoi.

Chapitre Suivant

Commentaires