Podcasts

Podcast #21 - La Création d'Univers, avec Alain Damasio et Mathias Echenay

Par Sullivan
1 novembre 2015

Tandis que toute l'équipe qui s'est mobilisée depuis 4 jours est sur les rotules à l'heure de bientôt vous proposer nos entretiens avec Roland Lehoucq, Jean-Pierre Dionnet, Christopher Priest et j'en passe, nous voici tout fiers de vous présenter notre Podcast (désormais) annuel en compagnie d'Alain Damasio (La Zone du Dehors, La Horde du Contrevent, Fusions, Les Furtifs, Remember Me...). 

Écouter aussi : Podcast #20 : Utopiales 2015, compte-rendu des deux premiers jours

Ainsi, après avoir parlé de Transhumanisme, de Liberté et de Révolution(s), nous sommes revenus avec l'auteur sur la création d'univers, sa façon de bâtir ces entités quasi-organiques au sein de ses récits, la place de la création chez l'artiste et bien d'autres choses passionnantes encore. Fait exceptionnel, puisque Laurent Genefort a dû se désister pour cause de repas officiel suite à son prix pour Lumen, Mathias Echenay, fondateur de La Volte, était des nôtres et a lui aussi donné son avis d'éditeur sur cet aspect prépondérant de l'écriture.

Bref, encore un beau morceau de réflexion que nous sommes fiers de vous proposer malgré toute la fatigue d'une vingtaine de jours sans se poser, et je vous encourage sincèrement à partager ces Podcasts autour de vous, particulièrement si vous voulez nous aider.

Quant à nous, on retourne du côté de la Cité des Congrès où de prestigieux invités nous attendent pour une dernière session d'interviews. Dernière ligne droite : régalons-nous ! 

Bonus-Track :

“En société de contrôle, tout acte suscite une trace, toute trace une carte pour la visualiser. Plus besoin de hiérarchie oppressante et de discipline policière : le technococon qui médie notre rapport au monde et aux autres offre aux pouvoirs publics et privés l’outil protéiforme de manipulation et de recadrage normatif de nos vies. Big Mother is washing you.

Sauf que Big Mother, c’est lui, c’est toi, c’est nous : l’autre nom d’un self-control et d’un cross-control qu’on exerce chacun sur tous pour se rassurer, contrôler nos existences et — toujours et partout — “gérer”.

Alors, ingérable ? Celui qu’on avale ou celui qu’on ne peut plus gérer ? Devinez.”

Commentaires

Dernières actus