Critiques

Critique - L'ami imaginaire (Stephen Chbosky): Un cauchemar halluciné!

Par KrissDrkTwr - Christophe
5 min 3 mars 2022
Critique - L'ami imaginaire (Stephen Chbosky): Un cauchemar halluciné!
On a aimé
- Une ambiance dingue
- Un esprit Stephen King
- Un véritable Page-Turner
- Des personnages attachants
- De sacrés moments de frisson
On n'a pas aimé
- Des petites longueurs

Stephen Chbosky est un écrivain-réalisateur-scénariste américain connu pour son roman à succès Le monde de Charlie également adapté pour le cinéma (film au joli succès critique avec Emma Watson au casting) et en comédie musicale réussie. Mais l'auteur est surtout un fan de Stephen King, et pas qu'un peu... Il nous le prouve avec L'ami imaginaire

 

Bienvenue à Mill Grove...

Kate et Christopher, une mère et son fils, s'installent dans la petite ville de Mill Grove en Pennsylvannie, après un départ précipité pour fuir la violence conjugale. Peu de temps après, Christopher disparaît pendant six jours pour revenir changé, avec un ami imaginaire (le gentil Monsieur), que lui seul peut voir et entendre... Dès lors, une voix dans sa tête lui dicte une mission à réaliser...

 

Horreur et thriller font bon ménage !

Le roman, dès le premier chapitre, pose ses marques de façon glaçante avec une disparition d'enfant des décennies plus tôt et qui va prendre une tournure fantastique et horrifique saisissante.

Nous mourrons le jour de Noël"

Et c'est sans compter sur la femme qui siffle, créature surnaturelle qui semble faire régner sur Mill Grove un joug maléfique dans l'inconscient collectif, vivant dans les rêves et les ténèbres de Christopher.  C'est véritablement une porte sur un monde parralèle qui s'immice dans l'histoire. Fantastique et horreur vont monter en puissance crescendo ! C'est simple, Stephen King aurait aimé écrire ce Stephen Chbosky ! 

Ce roman, c'est 134 chapitres pour 981 pages, ça se lit vite et même de plus en plus vite. La touche King est clairement là : page-turner garanti !

A la croisée des chemins entre Shining et Rose Madder : on visualise très bien les scènes, qu'elles soient emplies d'émotion comme la fameuse scène du loto, ou dans des moments de pure noirceur avec l'apparition angoissante de la femme qui siffle, tout est en place pour un récit haletant : impossible de quitter le roman ! Il y a tout pour scotcher le lecteur: le frisson, l'intensité qui monte inéluctablement, une menace invisible mais omnipprésente et en une ligne, l'intrigue peut totalement basculer...avec de sacrés retournements de situations ! 

Des personnages attachants et maudits

D'un côté la maman de Christopher, une femme prête à protéger son fils jusqu'au bout et qui trouvera auprès du shérif un allié inattendu, car ce dernier mène l'enquête sur une ancienne disparition non résolue mais au coeur des évènements tragiques à venir... 

C'est évidemment le gentil Monsieur face à la femme qui siffle qui rythmera l'intrigue, d'où un jeu de cache cache qui va se jouer avec Christopher comme lenjeu central.
Mais c'est sans compter sur le bois de Mission Street où bon nombre de créatures rôdent... Que ce soit les cerfs qui tendent à insuffler une ambiance oppressante et menaçante, l'homme des bois particulièrement cauchemardesque (mieux vaut l'éviter) ou les créatures/personnes boîtes-aux-lettres, sorte de créatures à la solde de la femme qui siffle... Il ya donc toute une galerie de personnages et de créatures qui vont se manifester !

Et ne pas oublier Mlle Lasko qui donne lieu à des scènes saisissantes dans le monde onirique mais chut c'est top secret ! L'amitié est symbolisée par son pote d'école Spécial Ed, pote de cantine et de lecture face à  Brady et Jeny, duo antipathique décidés à mener la vie dure à nos jeunes héros..

 

Stephen King omniprésent!

Inutile d'évoquer le club des ratés et CA (la femme qui siffle/Pennywise), voire même Freddy Krueger comme croque-mitaine qui vous traque dans le monde onirique et de la nuit... J'y vois un aspect Stranger Things avec son monde d'en bas transposé en monde des rêves, où toutes les pires horreurs sont possibles...  Et pis, pour le côté gore/horrifique,  impossible de ne pas penser à Clive Barker avec son bestiaire de créatures quand les personnes boîtes-aux-lettres envahissent le texte...

L'ami Imaginaire est un gros pavé de fantastique qui fleure bon avec le meilleur du King pour le fantastique et l'horreur, avec un roman accrocheur et une ville qui ne vous laissera pas indifférent. Comment ne pas s'attacher à la bande à Christopher qui rappelle indiscutablement le Club des ratés. Un roman empli de mystère qui vous réservera bien des surprises au fil de la lecture, probablement un poil trop long mais dont le voyage vaut largement la peine ! Difficile d'en dire plus sans trop dévoiler mais une belle lecture: laissez-vous tenter par L'ami imaginaire. Direction la route 19...

Chez l'éditeur

Où le trouver 

Commentaires