Critiques

Critique - Le chant des Aquadèmes T.01 (Jean Lavie) : Un message de vivre-ensemble poignant

Par Lildrille - Chloé
5 17 septembre 2022
Critique - Le chant des Aquadèmes T.01 (Jean Lavie) : Un message de vivre-ensemble poignant
On a aimé
- Un roman au message fort : de l’espoir et de l’amour, une humanité revisitée et pleine de belles promesses.
- Des héros attachants et passionnants : des relations fortes et vraies, des protagonistes qui charment.
- Des périodes de l’Histoire ensorcelantes : un voyage dans le temps à la redécouverte de nos origines et de ce qui nous a construits.
- Du merveilleux : des êtres liés à l’eau, à la vie et à la mort.
- Un mélange saisissant : un roman qui se dévore et qui fait un bien fou !
On n'a pas aimé
- Une dernière partie moins prenante.

Aujourd'hui nous vous présentons un roman à la fois féerique et perturbant, sombre et attachant, qui redonne espoir en l'humanité et en un futur plus radieux : Le chant des Aquadèmes. Alors que la fin de ce livre pouvait prétendre à une véritable conclusion, l'auteur nous a confié écrire la suite : Les Orféons ! Une merveilleuse nouvelle ! Vivement sa sortie !

Le résumé

Saint-Colomban-les-Vignes, 1278, le 3 août. Les travaux de construction du pont allaient bon train jusqu’au jour où Thomas, jeune moine pontifice, rapporte les nouvelles d’une succession de noyades inquiétantes sans que la grève ne retourne aucun cadavre. Serait-ce la malemort ?
Quelques temps après le jeune homme s’éprend de Maud, une belle et jeune paysanne curieusement attirée par le pont déserté car jugé maudit par certains.
L’histoire dit que lorsqu’ils sont bâtis par les hommes au-dessus des rivières, des lacs et des étangs, les ponts abritent d’étranges créatures connues sous le nom d’Aquadèmes.

Notre avis

Un coup de cœur !

Le chant des Aquadèmes représente un coup de cœur, aussi bien pour l’histoire vraiment prenante, les personnages très attachants, les différentes ambiances toutes plus géniales les unes que les autres, le message sous-jacent qui fait du bien et qui donne de l’espoir, la conclusion humaniste positive, aussi bien pour les rappels historiques enrichissants que pour l’écriture fluide et délicate qui imprègne chaque chapitre.

Léger bémol : la dernière partie perturbe quelque peu, car elle ne s’intéresse pas aux héros que l’on a suivis tout du long, et pour lesquels notre cœur a battu fort. Elle enchaîne plusieurs points de vue inédits et, même s’ils restent captivants, le lecteur n’a pas le temps de s’accrocher à ces nouvelles têtes. Malgré cela, le roman reste une découverte incroyable, une lecture magique qui réveille en nous des images fortes et bienfaisantes. L’amour et l’espoir pour l’humanité transparaissent ; un espoir d’un avenir meilleur et d’un monde où il ferait enfin bon vivre ensemble.

Du fantastique et du macabre : un mélange efficace et envoûtant

Les Aquadèmes constituent des créatures merveilleuses, liées à l’eau et aux ponts. Elles s’imprègnent des corps humains qui viennent à elles : suicide, accident…

Le mystique et le macabre agissent de concert dans cet univers, notamment dans les premiers temps, à l’époque où les ponts voient le jour. La mort et la vie, intrinsèquement liés, s’entremêlent au sein de ces êtres à la fois étranges et proches de nous. Dépendant de l’eau, ils ne subsistent guère longtemps à l’air libre. Pourtant, ils ne peuvent s’empêcher d’arpenter notre monde ; les souvenirs des morts qu’ils contrôlent les habitent et les transforment.

Le lecteur se plonge littéralement dans les pensées de plusieurs Aquadèmes, bons ou plus mauvais. Quand certains aiment les humains, d’autres ne rêvent qu’à les mener dans les eaux profondes pour récupérer des corps de meilleure qualité, et pouvoir se libérer de leurs chaînes.

Deux espèces qui cohabitent, Aquadèmes et Hommes, deux mondes distincts mais ô combien similaires et complémentaires. Les esprits des créatures de l’eau subjuguent par leur cruauté ou naïveté, leur bienveillance ou maladresse ; tels des enfants, ils découvrent la vie. Le lecteur s’y attache irrémédiablement.

Sans corps, les Aquadèmes s’assimilent à des boules de couleurs, des étincelles vibrantes qui transitent dans les eaux. Cette vision féerique apaise et aide à l’évasion.

De l’Histoire : un voyage dans le temps

Le roman parvient à mélanger réalité et éléments fantastiques avec subtilité et intelligence, tout en nous ramenant à des temps anciens, à des périodes de l’Histoire qui bouleversent. Ainsi, nous retournons au Moyen-Âge alors que les ponts de pierre nécessitaient une main d’œuvre toujours plus nombreuse pour se maintenir au-dessus des rivières. On retourne au temps des grandes guerres et des maladies, à l’ère des conspirations et des poisons, aux âges où la médecine se cherchait encore, ou même de nos jours…

D’un côté, ces passages nous amènent à nous imaginer des paysages magnifiques et déroutants, très colorés ou au contraire ternes. De l’autre, ils nous rappellent à quel point l’humanité ne cesse d’évoluer et avec quelle rapidité elle le fait ! Les évolutions technologiques, scientifiques, légales, judiciaires, sociales… Les Aquadèmes les subissent autant que nous et doivent faire avec.

De l’amour : de merveilleuses histoires touchantes

Le chant des Aquadèmes est un hymne à l’amour inter-espèces, entre humains mais aussi entre deux âmes qui se sont trouvées, peu importent les genres, leurs origines ou leurs croyances. Les protagonistes, plus vrais que nature, avec leurs défauts et qualités, nous offrent des relations réalistes et passionnantes. Les dialogues profonds et les discussions poignantes marquent par leur profondeur. Un vrai régal !

Chez l'éditeur

Où le trouver

Commentaires