Critiques

Critique - Abzalon (Pierre Bordage) : L'œuvre maîtresse de Pierre Bordage

Par Morgan - Ephyrose
3 min 4 octobre 2022
Critique - Abzalon (Pierre Bordage) : L'œuvre maîtresse de Pierre Bordage
On a aimé
- La plume de Bordage !
- La densité de l'aventure !
On n'a pas aimé
- Presque trop court !

 

Le résumé

Sur le Continent Nord de la planète Este, Abzalon, véritable monstre tueur de femmes, purge une peine de prison dans le gigantesque centre pénitentiaire de Doeq. En pleine purge, les étaux se resserrent sur lui, et à mesure que s'amoncellent les cadavres de prisonniers face aux conditions de vie toujours plus extrêmes, un seul mot lui reste en tête : survivre, coûte que coûte.  

Vers le Continent Sud, une jeune femme nommée Ellula se verra très bientôt mariée à un patriarche voisin, au sein de cette grande communauté autochtone que sont les Kroptes. Dans un terreau rempli de traditions, la place d'une femme chez les Kroptes est pourtant loin d'être idéale, et Ellula s'interroge quant à son avenir.

Sans s'en douter, ces deux âmes esseulées vont se retrouver au cœur d'un vaste programme tissé avec minutie par des mains de l'ombre... C'est dans les entrailles du titanesque vaisseau Esterion, en direction d'une nouvelle planète propice à perpétuer la vie d'une civilisation agonisante, que se dirigent nos protagonistes. D'un côté, 5000 Kroptes, peuple pacifique, de l'autre, 5000 condamnés à mort endurcis à l'extrême limite...

Ceci est le récit de leur survie face à une myriade de dangers et de complots, le récit de leur rencontre, ainsi que celui de leur civilisation à rebâtir.

Après Les Guerriers du silence, La Citadelle hyponéros (prix Cosmos 2000) et Wang (Prix Tour Eiffel), Pierre Bordage ouvre avec ce fantastique voyage à travers l'espace un grand cycle dans la plus pure tradition du space-opera.

Notre avis

Parue en 1998, Abzalon est une œuvre maîtresse dans la riche bibliothèque de l'auteur français Pierre Bordage, dans lequel il témoigne avec une aisance rare d'une passion infinie pour l'amour sous toutes ses formes et genres.

Durant 540 pages, l'auteur construit avec minutie un contexte politico-religieux, avec des ramifications qu'il n'hésite pas à détailler en long et en large durant des extraits de journaux à chaque début de chapitre. Tout en traitant la question de l'immortalité et de l'altérité par le biais du Moncle, un ordre religieux de clones remettant en question la suprématie du genre humain, Bordage soigne ses thématiques théologiques et métaphysiques afin d'épaissir son œuvre. Le tout est incorporé à une thématique écologique, au cœur d'une planète au bord de l'agonie et d'une surpopulation nécessitant le massacre massif de populations.

Abzalon est une œuvre souvent violente, mais jamais gratuitement, car cela se fait toujours au service d'un propos évoquant autant nos génocides contemporains que les colonisations de l'Amérique, et qui sert surtout à construire un univers foisonnant et complexe.

La pléthore de personnages qui se joindront à l'aventure de Abzalon sont autant de manière de traiter le sujet du lien filiale que d'offrir des moments émouvants d'humanité et de réflexion autour de l'amour, de la mort, des pratiques religieuses à travers les générations, confèrant une aura d'œuvre divine à ce roman.

Loin d'être un simple space-opéra sans prétention, Abzalon est une œuvre hybride aux multiples visages, traitant autant le sujet complexe de l'amour que celui d'une quête spirituelle. C'est l'histoire d'un homme que tout le monde voit comme un monstre, mais qui en son for intérieur possède une étincelle de bonté qui ne demande qu'à être ravivée.

Œuvre humaniste touchante, traité théologique poignant, Abzalon est à mettre entre toutes les mains de ceux désirant voyager au-delà des étoiles, dans les travers de l'esprit humain en milieu confiné, ainsi que dans les méandres doucereux de l'amour.

Chez l'éditeur

Où le trouver

Critique - Abzalon (Pierre Bordage) : L'œuvre maîtresse de Pierre Bordage