Critiques

Critique - Glace (Christine Féret-Fleury) : un roman YA initiatique entre la Reine des Neiges et un futur dystopique !

Par Louis - CINAK
3 min 26 avril 2021
Critique - Glace (Christine Féret-Fleury) : un roman YA initiatique entre la Reine des Neiges et un futur dystopique !
On a aimé
- L'évolution du personnage
- La sensibilisation sur l'environnement
On n'a pas aimé

Tu t’intéresses encore à une rose ? Grandis Sanna. C’est fini tout ça. On est fichus, on va crever.

Glace, chez Scrinéo, est le centième roman de Christine Féret-Fleury. En plus de la casquette d’autrice, elle est aussi éditrice, elle sait donc ce qui fait un bon roman de Young-Adult et cela se ressent dans sa réécriture du conte de la Reine des Neiges sur une Terre ravagée par la pollution, où le soleil est occulté par un immense nuage de fumée.

Sanna est une jeune femme solitaire. Depuis que le Nuage a occulté le Soleil, les fleurs sont mortes en même temps que le peu de joie qui lui restait : ses parents sont décédés, empoisonnés par la nourriture remplie de pesticide et l’air viciée des usines, et son meilleur ami, Kay, a été enlevé par les Glacés, ces êtres froids qui viennent « récolter » parmi la population quand le Vent de la mort se lève sur la ville. Rahil, la grand-mère de Kay, est le dernier être qui se soucie encore d’elle. En rentrant de journées épuisantes, à suffoquer dans des mines, elle s’occupe de la petite vieille, jusqu’au jour où Rahil ne se réveille plus… L’héroïne décide alors de quitter la ville pour ne pas abandonner le peu de vie qui lui reste. Elle part en quête de Kay et de la cité des Glacés, loin dans les montagnes, entourée d’un bouclier climatique.

Glace est un véritable roman initiatique à lui tout seul. La double casquette autrice-éditrice se ressent dans la structure du roman : une recette qui fonctionne depuis la nuit des temps, tout en évitant les tropes du héros parfaits, aux pensées douces et généreuses. Sanna est certes une adulte mais auparavant elle n’avait qu’à suivre son voisin comme un mouton pour effectuer les tâches répétitives qu’on lui ordonnait. Sa fuite dans la nature et les rencontres qu’elle va y faire, tantôt répugnantes, tantôt providentielles, vont la forger. Elément stylistique intéressant, l’héroïne est tiraillée entre grandir et retourner à un état presque enfantin car à chaque décision importante, la petite voix de Sanna-enfant, lui murmure de tout arrêter et de se laisser mourir… Cela donne un véritable sentiment de progression dans la maturité du personnage !

Le voyage dans la Nature et entre les différentes communautés que Sanna va rencontrer (parfois malgré elle !) est l’occasion pour l’autrice de nous sensibiliser aux dérèglements environnementaux. Grâce à quelques descriptions légères au détour d’une conversation, on aperçoit une Terre ravagée et presque stérile au ciel noir et aux animaux mutants. Les rencontres, le temps d’un échange ou d’une nuit, rajoutent des voix, autres que celle de Sana, au récit : comme par exemple, celui de ce pédiatre devenu fou à force de voir des enfants mourir du cancer et qui n’a plus le choix que de vivre reclus…

Glace est un bon roman à mettre entre les mains de quelqu’un qui cherche à s’initier à la science-fiction anticipatrice ou qui a un profil encore adolescent. Sanna est un beau personnage qui n’aura de cesse de grandir malgré elle et qui est portée par un style maîtrisé. L’avenir que dépeint Christine Féret-Fleury est lourd de responsabilités pour le lecteur car, malheureusement, c’est vers celui-ci que nous nous dirigeons…

Chez l’éditeur 

Où le trouver 

Crédit illustrateur : Xavier Colette

Commentaires