Dossiers

Warhammer, Warcraft : les liens étroits entre Blizzard et Games Workshop

Par Republ33k
26 mai 2016

"L'art n'est pas d'arriver avec des idées neuves mais d'interpréter ces idées qui nous entourent depuis toujours" disait un certain George Lucas. Une phrase qui, si elle est assez jolie, arrange aussi énormément le créateur de la saga Star Wars, une histoire composée en piochant dans la science-fiction européenne, la bande-dessinée, des faits historiques et le cinéma japonais, comme on vous l'expliquait il y a quelques mois.

Mais passons du côté de quatre autres licences du monde de l'entertainment. D'un côté, le géant américain Blizzard, qui, avec Warcraft puis StarCraft, a su imposer sa vision de la Fantasy et de la S-F au monde entier. De l'autre, l'éternel challenger, le discret vétéran, Games Workshop, qui avec ses jeux de figurines Warhammer (aujourd'hui sous-titré "Age of Sigmar") et Warhammer 40.000, propose peut-être une version plus folle de ces deux genres massifs de la culture geek. Quatre univers souvent comparés, et qui méritaient bien un petit dossier, qui on l'espère, lèvera le voile dissimulant les liens très étroits entre les deux compagnies et leurs plus célèbres créations.

Disclaimer : par honnêteté intellectuelle, je me dois de préciser ma relation avec ses différentes licences. Officiellement, j'ai découvert StarCraft avec son premier opus, bien avant ma plongée la tête la première dans l'univers Warhammer 40.000. Il en va de même pour Warcraft, dont le troisième opus est à peu près mon seul lien avec la licence de fantasy de blizzard. Je trimbale en revanche plus de dix ans d'amour pour les figurines de Games Workshop. Ce qui ne m'empêche pas de reconnaître des qualités aux deux compagnies - à priori.

Warhammer, Warcraft : les liens étroits entre Blizzard et Games Workshop
1 - Warhmmer et Warcraft
2 - W40k et StarCraft
3 - La morale de l'histoire
1. | Warhmmer et Warcraft

À l'origine, une parade de séduction

Depuis son apparition en 1994, on accuse l'univers de Warcraft d'avoir honteusement plagié le célèbre jeu de figurines de Games Workshop, Warhammer, qui envahissait les tables de jeux une dizaine d'année avant les débuts du RTS, en 1983. Mais la vérité est un peu plus complexe que cela, comme nous l'apprenait, en 2012, un making-of du premier Warcraft. Présenté par Patrick Wyatt, producteur du jeu de stratégie, celui-ci révélait en effet, après des années de rumeurs, que Blizzard souhaitait, à l'origine, faire un titre basé sur l'univers de Warhammer.

L'idée était en effet de récupérer, en cours de production, la licence de Games Workshop, dans l'objectif de gagner en notoriété et donc, d'amplifier de futures ventes. Et si l'univers de Warhammer était déjà une inspiration énorme pour les petits gars de Blizzard, cette tentative n'a fait qu'empirer les choses, entre guillemets : les designers firent tout pour coller à l'esthétique du jeu de Games Workshop. En cours de route, les équipes de Wyatt furent finalement convaincues par l'intérêt de créer et contrôler leur propre univers, surtout après des expériences de travail assez pénibles aux côtés de DC sur les jeux Death and Return of Superman et Justice League Task Force. Un nouveau partenariat avec une autre entreprise n'était donc pas au goût du jour. En lieu et place de celui-ci, les équipes de Blizzard (qui à l'époque n'avaient même pas ce nom, et pensaient se nommer Chaos, comme les forces obscures de Warhammer, d'ailleurs) naviguèrent à l'aveugle, sans scénario ni vraie direction artistique à quelques mois de la sortie du titre, qui rencontra malgré tout le succès !

L'amour de l'humour

Ce qui est assez ironique, quand on connaît la réputation et la notoriété actuelles des titres de Blizzard, et plus particulièrement de Warcraft. Mais si on met de côté cette parade de séduction à l'intention de Games Workshop, on retrouve encore de nombreuses similitudes entre les univers des deux compagnies. Sans doute parce qu'ils sont tous les deux des patchworks de différentes influences, combinées dans un ton très similaire. Ce ton, presque parodique, est celui d'une Fantasy décomplexée. Pour prendre un exemple chez Warhammer, il convient de rappeler que l'une des factions du jeu de figurines, les Skavens, des rats géants, sont obnubilés par la Lune, qui chez les anglais, est souvent comparée à un fromage géant : voilà le genre de gags cachés dans l'univers de Games Workshop, résolument inspiré par l'humour des Monty Python et la fantasy de maîtres comme Terry Pratchett.


Or, il se trouve que Blizzard aussi a toujours été inspiré par la troupe britannique, et plusieurs répliques cultes de leurs productions se sont ainsi retrouvées dans les jeux Warcraft au fil du temps. Dans ces derniers comme dans le lore Warhammer, on ne compte de toute façon plus les références plus ou moins bien cachées à d'autres univers, comme Higlander chez Blizzard, pour ne citer qu'un exemple. Autant d'éléments qui génèrent, forcément, des liens étroits entre Warhammer et Warcraft. Et outre l'origine d'Orc and Humans, se sont donc des tons similaires, une construction d'univers en puzzle (l'un s'enrichissant au fil des jeux, l'autre des éditions) et une réinterprétation des classiques de la Fantasy (celle de Tolkien est régulièrement "corrigée" par les deux univers) qui rapprochent intimement le monde de Blizzard et celui de Games Workshop.

Des similitudes infinies

Maintenant, comme nous le disions, Warhammer précède Warcraft de plus de dix ans. Que ce soit conscient ou non, les équipes de Blizzard ont donc toujours été influencées par Games Workshop et ses créations. Quelques détails ne trompent pas. Et si l'esthétique de ses jeux a permis à Blizzard de s'éloigner des designs de Warhammer avec des personnages et des lieux toujours plus cartoony, on note quelques ressemblances troublantes, malgré tout, dans les intrigues des deux univers.

Comme le fait que les Elfes de la Nuit (Warcraft) doivent protéger l'arbre Nordrassil là où les Elfes Sylvains sont attachés à l'arbre d'Athel Loren. De même, les Taurens, qui sont souvent invoqués pour défendre l'originalité de Warcraft, ne sont jamais qu'un reflet des Hommes-Bêtes de Warhammer. Les ressemblances sont légion et je pense qu'il est plus intéressant de comprendre leurs origines que de les énumérer. Mais que ça ne vous empêche pas de vous essayer au namedropping dans la section commentaires ci-dessous !

Chapitre Suivant

Commentaires