Critiques

Critique - L'Âme du Chien (Antoine Ducharme) : Sortir de l'histoire !

Par Mathieu - Matiou
3 min 24 octobre 2022
Critique - L'Âme du Chien (Antoine Ducharme) : Sortir de l'histoire !
On a aimé
- Le lyrisme de l'écriture
- Des thèmes et concepts universels
- La qualité d'édition du label
On n'a pas aimé

Un premier roman est une traversée du désert, un franchissement de col, une navigation à l’aveugle et un rite de passage parfois doux mais sinon brutal. L’épopée d’Alandros, le cavalier aux poings de colère, est furieuse et conquérante, à l’image de cette première fois littéraire. Le livre d’Antoine Ducharme créé la rupture, s’engouffre dans le non-dit et la nébulosité de l’arrière-plan. Le trop plein n’existe pas et les comblements sont ici pour éprouver notre imaginaire. L’Ame du Chien de Mu, un label de littérature des éditions Mnémos, est mystérieux et transgressif. L’idéogéographie cryptique, l’histoire post-prophétie et les inspirations dark fantasy permettent à l’œuvre de se démarquer au sein d’une fantasy en effervescence, une fantasy qui réclame des changements.

 

Le label Mu des éditions Mnémos est lancé en mai 2020 avec Le Livre Jaune

de Michael Roch. Les illustrations de Kévin Deneufchatel renforcent l’immersion

et la charte graphique cohésionne les univers.

 

label-mu-presentation-2.jpg

Les ruptures du label 

 

Salabanka et l’Empire : une histoire de prophéties [résumé du livre]

« Croire les prophéties. Celui qui étreint l’âme du désert, qui chevauche et détruit les mondes n’a que peu de pitié pour ses ennemis et son peuple. Du haut de Salabanka, la ville dorée, il s’enorgueillit du destin que l’oracle lui a confié. Alors, quand la sibylle lui ordonne de trouver un bras droit, il s’exécute. Il lui faut un guerrier à l’âme de chien prêt à tout pour accomplir l’avenir glorieux de son maître. L’Âme du Chien bouleverse les codes de la fantasy et narre les destins de deux hommes, faces d’une même médaille. Rappelant en ce sens la notion des doubles ennemis, le premier roman d’Antoine Ducharme nous emporte dans une histoire où les prophéties ne sont jamais réellement comprises par ceux qui les reçoivent. Le combat épique de deux hommes liés par une prophétie impossible. »

 

L’origine du nom du label vient probablement de l’idéocontinent (continent mythique) situé dans l’océan Pacifique (selon James Churchward), à ne pas confondre avec la Lémurie (océan Indien). La contrée rêvée de Salabanka perpétue les traditions mythologiques d’une crypto-géographie.

 

Idéogéographie cryptique et fin du vieux monde

Tout l’univers de ce roman est discret et minimaliste. L’histoire se résume à une lutte prophétique acharnée contre un Empire systémique et héroïque. C’est la rencontre entre un guerrier venu d’un Est rêvé et une âme destinée à contrer la complétion (achèvement de la prophétie). Il est question ici de plusieurs "est", l'orientalisme n'est jamais loin mais il est aussi discret. « La tête dodeline et les paysages se troublent dans l’obscurité, seules les jambes maintiennent le corps en chemin. » La géographie est épurée, synthétique, simple mais non simpliste. Les montagnes aux villages inaccessibles, les forêts reculées, les terres de sels, les gués, l'Est lointain et les reflets du lac sont évocateurs et forcent l’attrait vers cette géographie mystérieuse. Le vieux monde doit s’écrouler par la force des choses, par des dynamiques à trop grande inertie traversant les plaines et les déserts. Les explications sont succinctes mais à dessein. L’important est ailleurs, l’histoire centrée sur l’appel des prophéties oblitère l’envie d’un world-building encore plus fournie. Cela n’est pas nécessaire quand la narration se contente du mieux.

 

"Nous voilà élancés à la poursuite du vieux monde, et là-bas, sur les cartes du cavalier, les lignes et les territoires sont redessinés."

 

L'après prophétie : un autre voyage du héros

L'histoire n'est pas linéaire, elle est à retournements et renversements, les personnages parcourant leurs propres "voyages du héros" aux fins inattendues. Les prophéties sont souvent floues et sujettes à interprétations. Comment vivre après avoir achevé sa quête ? Comment se détacher de la rage qui vous habite ? Comment se passe l'après ? Certaines questions auront des réponses tandis que d'autres resteront à imaginer. L'âme du chien est quant à elle fidèle à son maître et "possédée" par la tâche qui lui reste à accomplir. Mais qui est le maître ? Le temps de la post-prophétie est un thème du jour d'après, quand un autre chemin nous attend. L'histoire de ce livre est belle et sombre mais aussi lumineuse, l'un ne va pas sans l'autre. La prophétie est ambiguë, là où le talent d'Antoine Ducharme est explicite.

 

lame-du-chien-cover.jpg

 

La Mauvaise feuille contre les héros  

Au fil de la lecture, des souvenirs ont émergés et l'histoire d'Antoine Ducharme m'a fait penser à la saga Übel Blatt (« mauvaise feuille » en allemand) d’Etorōji Shiono. Je vous laisse découvrir le pourquoi car le chemin des révélations en vaut la peine. La traque, l’univers de dark fantasy, la noirceur et la gravité sont des échos certains  à l’histoire de Koïnzell. Antoine Ducharme impressionne par son lyrisme, ses nombreuses réflexions et son utilisation du peu. Quelles seraient ses inspirations pour ce premier roman ? Chaque lectrice et lecteur aura une interprétation différente, laissant place à la liberté d’imaginer et de rêver. Les personnages du roman sont peu nombreux mais qu’importe le nombre, qu’importe la poussière et les tremblements, l’intrigue navigue judicieusement entre deux hommes coincés dans les fils d’une prophétie âpre et sujette à des rejets.

 

double-cover-ame-du-chien-ubel-blatt.jpg

La saga Übel Blatt est traduite du japonais par Ryoko Akiyama

 

Samarcande aurait-elle inspirée la création de Salabanka, la ville aux remparts d’or ? Samarcande, ville de la Route de la Soie est située entre plaines ouzbeks et montagnes tadjiks

 

Croire ou ne pas croire les prophéties ? Ce premier roman d’Antoine Ducharme est prometteur pour la suite de l’aventure à travers les plaines de l’édition et les montagnes de l’imaginaire ! Le livre se lit vite et se digère intensément. Cette lecture, par le réel besoin de s’évader, est une première fois réussie. Le vieux monde s’écroule quand soudain apparait l’anarchie de l’après conquête. Le label Mu a d’autres histoires, d’autres ruptures universelles qui ne demandent qu’à être saisies. Sortir de l’histoire…

 

Lexique de l’imaginaire

Idéogéographie : (néologisme) science, pratiques cartographiques, réflexions sur toutes représentations cartographiques des contrées rêvées et des mondes inventés des littératures de l’imaginaire (Fantasy, Fantastique, Science-fiction)

Lémurie : continent mythique de l’océan Indien

: continent mythique de l’océan Pacifique, "serait un pont entre les cosmogonies dravidienne et aztèque en passant par l'île de Pâques" inventé par l'écrivain britannique James Churchward [Christian Grataloup, "L"Atlas historique de la Terre"]

Orientalisme : correspond à plusieurs définitions : l'essai d'Edward Said, universitaire étatsunien d'origine palestinienne ; la recherche universitaire et les courants de pensée sur l'Orient ou les "orients" ; courant de pensée s'inscrivant dans les études postcoloniales ; comment l'Occident pense l'Orient.

Prophétie : « La prophétie a pour principale caractéristique d’être toujours ambiguë, voire cryptique ; elle est dès lors ouverte à des interprétations concurrentes ou contradictoires […] » [Définition complète à retrouver dans le Dictionnaire de la Fantasy, Anne Besson (dir.)]

Route de la Soie : « L’expression « route de la soie » est due au XIXe siècle au géographe allemand Ferdinand von Richthofen. Elle désigne les axes commerciaux reliant, via l’Asie centrale, la Chine à la Méditerranée, plus précisément la ville de Chang’an (l’actuelle Xi’an) à Antioche » [à retrouver dans « L’Atlas historique mondial » de Christian Grataloup]

Voyage du héros : ou monomythe, théorie de Joseph Campbell décrit dans son livre "Le Héros aux mille et un visage" (1949). Le voyage du héros est le voyage initiatique du héros au sein de nombreuses oeuvres en SFFF (Science-Fiction, Fantastique, Fantasy). Le schéma a bien des variantes et des dérivations.

 

Chez l'éditeur (Mnémos, label Mu)

Où le trouver

Couverture française par l'artiste Kévin Deneufchatel, celui qui marche vers la lumière.

Interview vidéo d'Antoine Ducharme par les éditions Mnémos

Couverture de Übel Blatt T.0 (Ki-oon)

 

Syfantasy aime le label Mu :

Le Livre Jaune de Michael Roch

Les Oiseaux du temps d'Amal El-Mohtar et Max Gladstone

Aucune terre n'est promise de Lavie Tidhar

Walter Kurtz était à pied d'Emmanuel Brault

 

Sources :

BESSON, Anne (dir.), 2018, Dictionnaire de la fantasy, Vendémiaire

GRATALOUP, Christian, 2019, L’Atlas historique mondial, Les Arènes – l’Histoire

GRATALOUP, Christian, 2022, L'Atlas historique de la Terre, Les Arènes - l'Histoire

LANNI, Dominique, 2015, Atlas des contrées rêvées, Flammarion

SHIONO, Etorōji, 2004, Übel Blatt, Square Enix (Japon), Ki-oon (France)

Critique - L'Âme du Chien (Antoine Ducharme) : Sortir de l'histoire !Critique - L'Âme du Chien (Antoine Ducharme) : Sortir de l'histoire !Critique - L'Âme du Chien (Antoine Ducharme) : Sortir de l'histoire !