Critiques

Critique - Les Légendaires Origines (Patrick Sobral et Nadou) : Un retour dans le passé

Par Lildrille - Chloé
3 min 25 février 2022
Critique - Les Légendaires Origines (Patrick Sobral et Nadou) : Un retour dans le passé
On a aimé
- Des dessins sublimés et des personnages adultes charismatiques
- Des tomes qui innovent et qui nous aident à découvrir des pans inconnus de nos héros ou de l'univers
- Des échos à la série principale bien construits
- De nouveaux personnages intéressants
- Le même humour
On n'a pas aimé
- Des intrigues inégales
- Des intrigues qui n'innovent pas assez : on reste sur les flash-backs évoqués dans la série principale
- Des tomes qui se lisent trop vite et qui frustrent par certains points d'ombre

Et l'histoire des Légendaires avant l'accident Jovénia ? C'est ce que nous propose cette série en 5 tomes, en nous présentant nos héros sous forme adulte. Il y a du bon et du moins bon, on vous décortique tout ici !

Le résumé

Devenu Faucon d'argent comme son père tombé au combat, Danaël parcourt Alysia en quête de justice et de vérité. Impulsif, arrogant et belliqueux, le jeune homme ne trouve pas sa place dans ce corps d'armée dirigé par son frère. Pire, il a le sentiment de ne rien avoir accompli. Mais il y a d'autre façon de servir la justice que dans une armure, il l'apprendra très prochainement...

Notre avis

Un nouveau style de dessin

Les Légendaires Origines est une série écrite par le même auteur mais qu’il n’a pas dessiné lui-même. La dessinatrice Nadou s’est mise à la tâche et d’une bien belle façon. Son style copie celui de Patrick Sobral, succession oblige, mais donne une autre dimension à l’univers. Ses traits sont plus fins et le style manga y est un peu moins présent. Cette maturité personnifie bien les héros alors adultes, étant donné que les histoires racontées se passent avant l’accident jovénien qui conduisit les héros à reprendre le corps d'enfants. Les détails sont splendides et les couleurs nous éblouissent. L’univers des Légendaires n’a jamais été aussi audacieux et vivace. Une vraie réussite.

Une série surtout pour les fans

Pour mieux comprendre cette série, il est nécessaire d’avoir au moins lu les trois premiers cycles des Légendaires, c’est-à-dire au minimum jusqu’au tome 18. Un lecteur non averti se fera spoiler une partie de l’intrigue majeure, dévoilée notamment dans les tomes 17 et 18. De plus, les passages racontés dans chacun des tomes reprennent des mini flash-backs mis en scène lors des différents tomes des Légendaires. Cet écho fera avant tout plaisir à celui qui a déjà lu toute l’histoire et qui se souvient de ces explications fugaces.

 

Danaël

Le tome sur Danaël nous révèle ses premiers instants avec la princesse Jadina et les prémices du groupe des aventuriers. Il est vraiment dommage que l’histoire ne respecte pas tout à fait l’image du souvenir évoquée dans le tome 5 (Cœur du passé), lorsque l’on pouvait voir Danaël porter une Jadina endormie. Cependant, tout le reste de la rencontre correspond à ce que Danaël avait évoqué dans la série principale et cela nous fait plaisir.

On assiste également à sa rencontre avec Halan, ce dernier reste aussi désagréable que prévu et imbu de lui-même. On retrouve enfin Ikaël, le frère de Danaël, et les faucons d’argent en pleine mission de sauvetage. De plus, de nouveaux personnages entrent en piste, comme la jeune Saryn, une belle combattante pleine d’humour et aux sentiments conflictuels.

Danaël se montre présomptueux et avide de justice et d’idéaux. On le reconnaît bien !

L’intrigue du tome n’étonne pas vraiment car le lecteur savait déjà en partie ce qui allait se passer, mais on se plaît à retrouver les personnages et cette atmosphère épique.

Jadina

Le tome suivant concerne Jadina. On la voit enfant, lors de sa rencontre avec Halan, son futur fiancé. On assiste également à un drame l’impliquant elle et son cousin Kasino, un événement qui aura d'ailleurs de lourdes répercutions sur la famille royale dans son ensemble. Un lourd complot est en marche !

Le lecteur se retrouve en présence d’une princesse peu sûre d’elle, qui se sent incapable d’hériter du trône. Enfant désaimé et invisible à la vue de ses parents, l’enfance de Jadina s'avère plutôt triste. La BD se concentre sur un passage important de sa vie : celui où elle doit affronter son ancêtre pour se montrer digne de son bâton-aigle, de ses pouvoirs et ainsi du trône. Le lecteur découvre de nombreuses choses nouvelles dans ce tome, qui constitue le plus intrigant de la série. Le royaume d'Orchidia ne cesse de nous fasciner !

 

Gryf

Le tome 3 ne nous apporte que peu de nouvelles informations, si ce n’est la présentation de Samaël, un personnage important dans la vie de Gryf. Ce tome se focalise sur l'existence de monslave de notre héros, quand il combattait en tant qu'esclave pour survivre. La force de Gryf parsème ses pages et nous atteint de plein fouet.

Ce tome comporte surtout des batailles et captive ainsi moins que les autres à cause d'une intrigue plate. La toute fin reste tout de même intéressante car le lecteur assiste à la rencontre entre Gryf, Danaël et Jadina, et à l'évocation de ses motivations pour rejoindre le groupe idéaliste.

Shimy

Le tome 4 s’intéresse à Shimy et à ses études en tant qu'elfe élémentaire. Suivre son parcours atypique nous prend aux tripes ! Comment est-elle devenue l’elfe protectrice du royaume ? Comment a-t-elle obtenu les marques du dieu Anathos ? Tout est expliqué dans ce tome, aidé par une intrigue bien construite et plus approfondie que celle des autres épisodes de cette série.

Le lecteur découvre également d’autres peuples elfiques, comme les elfes noirs, par exemple, une nouveauté géniale ! Et on retrouve bien sûr le caractère bagarreur, ironique au possible et blagueur à souhait que Shimy affute pour mieux pouvoir embêter Jadina par la suite. Un pur régal.

 

Razzia

Le dernier tome se veut épique, avec une histoire sur Razzia. L’ombre rouge du sorcier Darkhell cherche sa voie ; une terrible épreuve va le traumatiser au point qu'il dira adieu à ses anciens démons et qu'il changera complètement de direction. Le lecteur connaît déjà la fin de l’histoire car Razzia l’explique dans la série principale. Cependant, on ne sait comment il en est arrivé là et c’est toute cette mise en place qui est captivante. Le caractère fort de Razzia, ainsi que ses souffrances, nous marquent.

Ténébris joue un rôle important dans cette histoire, tout comme une autre ombre du seigneur Darkhell que l’on découvre dans le tome 3, sur Gryf. La fin de ce tome, frustrante, ouvre une intrigue qui ne sera pas fermée de sitôt et qui nous est totalement inconnue ! Darkhell a encore beaucoup de choses à nous dévoiler.

Des histoires liées et le même humour

Les liens entre certains tomes sont ténus mais géniaux. L’humour de l’auteur reste présent et cela fait du bien. On retrouve des références à de nombreux films, notamment à Jurassic Parc dans le tome 2, quand les barrières magiques s’éteignent pour laisser échapper des créatures féroces. Le lecteur rigole toujours autant et l’auteur casse même ses habitudes pour s’adresser directement aux lecteurs dans le tome 4, ce qui amène une situation bien cocasse.

 

Des intrigues inégales

Certains tomes intéressent bien plus que d’autres car ils innovent, en allant plus loin que les souvenirs évoqués dans la série principale. De plus, la lecture se termine trop tôt : on en voudrait tellement plus !

Le lecteur se voit vite frustré à la fin des tomes, seule une période bien définie nous a été décrite sur 48 pages, quid des autres instants des passés de nos héros préférés ?

Les intrigues, plus légères que celles de l’intrigue principale que l’on connaît, manquent de mordant. Malgré cela, le côté nostalgique joue et les aventures restent agréables à suivre. Le lecteur prend en effet la véritable mesure des révélations des tomes 17 et 18 de la série principale : c’est assez jouissif.

Chez l'éditeur

Où le trouver

Commentaires