Critiques

Critique - The Reckoners T.1 Coeur d'Acier (Brandon Sanderson) : Lire Cœur d’Acier après tout le monde et après The Boys

Par Mathieu - Matiou
3 min 21 janvier 2022
Critique - The Reckoners T.1 Coeur d'Acier (Brandon Sanderson) : Lire Cœur d’Acier après tout le monde et après The Boys
On a aimé
- L'univers confortable du genre super-héroique
- La lutte contre les Épiques
- Le personnalité de David Charleston
On n'a pas aimé

Pérégrination Sandersonnienne  #3 The Reckoners T.1 Cœur d’Acier : Welcome to Newcago !

De retour d’Astrevise, faisons un arrêt dans une Chicago post-apocalyptique…

Comment ne pas penser au Homelander quand Brandon Sanderson nous décrit Cœur d’Acier (Steelheart en anglais), le héros « parfait » tout-puissant et particulièrement sadique ? La comparaison est inévitable et surtout à notre époque où les comics The Boys (2006) ont eu une très bonne adaptation en série TV avec déjà deux saisons à son actif puis une saison 3 en préparation et Diabolical, une série d’animation à venir. The Boys est venu avant les Reckoners mais ça n’enlève en rien le réel plaisir de lecture ni l’originalité de ce premier livre ! Cœur d’Acier est un récit post-apocalyptique se situant dans les Etats-Unis fracturés et plus exactement à Chicago A.C (Après Calamité) où vit un certain David Charleston au 1532 Steve Ditko Place. La narration rapide, le rythme soutenu et la maîtrise des révélations font indéniablement partie du style de Brandon Sanderson. Les lectrices et lecteurs habitués à son style auront un sentiment de confort appréciable tandis que les nouveaux venus devront se faire à l’idée de lire de mauvaises métaphores de David…

L’originalité se trouve dans l’ambiance et quelques détails bien intégrés à l’œuvre. Ce récit post-apo est particulièrement oppressant et mystérieux. C’est frustrant car l’envie de connaitre la situation en dehors de Newcago et dans les autres Etats-fracturés est terriblement tentante. La Chicago post-apocalyptique ou post-Calamité est un personnage à part entière de la narration. La géographie de celle-ci est certes réduite mais cela permet de se centrer sur l’action grâce au point de vue de David. Ce n’est pas la première fois que Brandon Sanderson modifie la géographie des Etats-Unis, souvenez-vous des Iles-Unies du The Rithmatist (chronique à venir dans une autre pérégrination). Ce roman young-adult nous raconte effectivement l’histoire de David Charleston, un gamin qui a perdu son père à cause d’une personne calamiteuse qui s’est pris pour un Empereur Viltrumite d’Acier, un enfant de l’Usine qui a pour meilleur ami un fusil et les Epiques comme passion. Le pourquoi du comment des Epiques est un mystère et personne ne sait comment est apparu cette comète rouge dans le ciel, nommée bien à propos Calamité. C’est son arrivée qui a provoqué l’éveil des pouvoirs chez certaines personnes, qui ont rendu ces personnes violentes et ingérables pour les autorités et la société. Ces nouveaux super se croient au-dessus des lois et se prennent pour des dictateurs en puissance, ils croient que le monde leur appartient. Ce monde d’après Calamité n’est pas rose, il est fait d’Acier.

L’acier fait partie intégrante de l’histoire de Chicago, autrefois un grand centre de sidérurgie d’acier grâce au développement du chemin de fer, avec les entreprises Illinois Steel Company et l’U.S Steel.

 L’équipe de la Casa de Acero est attachante et déterminée. L’exploration des passifs des personnages est certes succincte mais toujours intéressante et drôle :  Prof le constructeur d’armes, Abraham le français canadien amateur d’armes gravitoniques, Cody l’expert en mythologie irlandaise, Tia l’informaticienne et grande amatrice de Coca, Megan et ses regards noirs et enfin David l’expert des Epiques, l’intello du groupe (mais ne lui dites pas, il va mal le prendre) qui veut faire ses preuves pour intégrer les Redresseurs (Reckoners en anglais) de Newcago (une équipe parmi tant d’autres dans les Etats-Fracturées ? dans le monde ?). Les Epiques sont les autres personnages intéressant de ce roman. Le panthéon des Epiques est déjà fourni et il est révélateur d’un monde plus vaste. Le rythme soutenu qui permet de se concentrer sur l’action empêche des approfondissements souhaitables sur certains Epiques, sur leurs histoires et personnalités. Certains sont juste cités tandis que d’autres sont des personnages importants du récit. Chaque Epique a un ou plusieurs pouvoirs mais le plus important est qu'ils ont des limites. « J’aime établir des regroupements en fonction des limites » comme le dit David et ce n’est pas Brandon Sanderson qui dira le contraire (cf. La Seconde Loi de la Magie selon lui-même).

Pas de souci, lui dis-je. Je me sens comme une brique faite de porridge.

Cœur d’Acier est d’un confort de lecture réjouissant et sandersonien au possible. Le héros principal de l’histoire serait l’incarnation de l'auteur qui prendrait plaisir, en tant que mythologue (ou en tant que Gardien terrisien dans un univers parallèle), à nous conter l’architecture de sa propre création super-héroique post-apocalyptique. Ce livre est le premier d’une trilogie (sans compter la nouvelle Mitosis, se passant entre le Livre 1 et 2 et l'audiobook Lux paru en 2021) que je conseille vivement à ceux qui voudraient s’essayer au style de Brandon Sanderson et à ceux qui aiment les histoires de super-héros, que ce soit les œuvres classiques de l’Age d’Or, les runs anciens ou récents des grandes maisons d'éditions, les œuvres du MillarWorld (Kick-Ass, Jupiter’s Legacy, Kingsman, etc.), et les œuvres-univers ayant un regard critique sur le genre (Watchmen, The Wicked + The Divine, Les Indestructibles, Wild Cards, Heroes, Invincible,  etc.). Brandon Sanderson a allumé un Brasier tel un feu d’alarme sous un ouragan (« Mauvaise métaphore. Très mauvaise. »)

 

Cœur d’Acier (The Reckoners : Steelheart, Livre 1) de Brandon Sanderson (2013 en VO, 2014 en VF, Le Livre de Poche), traduction de Mélanie Fazi

Chez l'éditeur

Où le trouver

Site personnel de Brandon Sanderson

Site personnel de Mélanie Fazi

L'épisode "The Boys Saison 2" du podcast "First Print" par nos anciens collègues du réseau ARTS

Crédits photographiques de la couverture française : Alain Brion (Skyward, Les Archives de Roshar)

Crédits photographiques de la couverture US : Mike Bryan

Crédits Couverture UK : Sam Green (Skyward, Les Archives de Roshar, Les Fils-des-Brumes, etc.)

Critique - The Reckoners T.1 Coeur d'Acier (Brandon Sanderson) : Lire Cœur d’Acier après tout le monde et après The BoysCritique - The Reckoners T.1 Coeur d'Acier (Brandon Sanderson) : Lire Cœur d’Acier après tout le monde et après The BoysCritique - The Reckoners T.1 Coeur d'Acier (Brandon Sanderson) : Lire Cœur d’Acier après tout le monde et après The BoysCritique - The Reckoners T.1 Coeur d'Acier (Brandon Sanderson) : Lire Cœur d’Acier après tout le monde et après The Boys

Commentaires