Critiques

Critique - The Reckoners T.2 Brasier (Brandon Sanderson) : Une histoire de fortune cookies recouverts d’aérosol

Par Mathieu - Matiou
3 min 26 avril 2022
Critique - The Reckoners T.2 Brasier (Brandon Sanderson) : Une histoire de fortune cookies recouverts d’aérosol
On a aimé
- Babylone Restaurée
- Les métaphores de David
- Les liens intertextuels
On n'a pas aimé

Pérégrination Sandersonnienne #5 The Reckoners T.2 Brasier : Prof serait-il un allomancien ou un Double-fils ? Stephen Leeds serait-il un Epique ? Toutes ces questions auront une réponse satisfaisante (non) dans cette nouvelle chronique d’une pérégrination !

Brandon Sanderson et son équipe de Dragonsteel reviennent en force avec ce Livre 2 de ces flammeries de Redresseurs, en déplaçant judicieusement les intrigues vers une New-York post-apocalyptique inondée, restaurée et phosphorescente. Les révélations sont quant à elles toujours aussi bien disséminées à travers le récit et flamme ! que ça rend celui-ci particulièrement inarrêtable à lire. Brasier est un livre de transition entre une quête de vengeance assouvie et une quête pour comprendre l’origine. Ce livre est un bonbon, un fruit luisant que nous savourons les pieds dans l’eau en appréciant le confort d'un style d'écriture d'un auteur que nous aimons tant. Bouillonnant de bonnes idées et étant une belle continuation du Livre 1, Brasier est une suite aboutie et dépaysante.

 

Alerte divulgâchage ! Cette chronique dévoilera quelques éléments du Livre 1 Cœur d’Acier ! Soyez prévenu. La chronique du Livre 1 est à retrouver ici !

 

Une géographie post-apocalyptique

Les Etats-Fracturés, les Etats-Unis post-apocalyptique, ne sont plus que des villes-états (volantes, qui se déplacent, inondées, etc.), des épi-(ques)-centres d'humanité, des métroples de vie dans ce territoire morcelée laissé aux prises des Epiques. Tout n’est plus que décadence, désolation, repli sur soi, crainte et désespoir, peur et domination, regroupements et soumission. Les cités-états sont devenues des « havres de paix » faute de mieux, des lumières dans les ténèbres de ce monde tenu en laisse par des personnes faisant la loi et répandant la destruction. Le récit des Redresseurs porte en lui une réflexion géographique dans le sens où il parle d’une géographie de l’après, une géographie politique du contrôle des ressources, de l’énergie et une géographie du concentration du pouvoir. Coeur d'Acier est mort, Newcago s'éveille sous un nouveau jour et les luttes de pouvoir reprennent. Mais ce n'était là que le début. La venue de l'Epique Mitosis à Newcago (histoire racontée dans la nouvelle Mitosis se situant entre le Livre 1 et le Livre 2) était un avertissement pour les Redresseurs de l'équipe de Prof : l'absence de contrôle attire les conquêtes et Regalia de Babilar l'a parfaitement compris... 

Brasier s’émancipe de la ville d’acier et installe son intrigue à Babilar, une New-York inondée et tropicale. Tant de récits ont déjà été racontés sur cette ville-symbole de la mondialisation monstre et heureuse, LA ville super-héroique, la ville romantique, une ville du Jour d'Après (si, si, rappelez vous les loups...), une cité-avatar à six-voies (#nkjemisin), une mégapole sans frontières à double inertie verticale et horizontale. New-York est véritablement un hyper-lieu, un "lieu où l’espace est exacerbé et où toutes les échelles de l’expérience humaine, du mondial au local, entrent en collision" [Michel Lussault]. Ce n'est pas un hasard si Brandon Sanderson a choisi comme cadres de ces histoires super-héroiques, des super-lieux tels que les grandes mégalopoles des Etats-Unis-Fracturés. Newcago et Babilar sont des repoussoirs et des attracteurs, des places-in-between étriquées entre un espace périphérique mad-maxien non-représenté et invisibilisé et un hyper-lieu ayant une stabilité précaire, tyrannique, offerte par des Epiques, avatars ambigus du Changement et de l'Exagération. Les villes sont de véritables centres de l’imaginaire où les genres s’effritent, se consument et se noient dans des métaphores subliminales de transgression. La ville est faite de changement mais aussi d’inertie. Le post-apo a l’avantage d’être aisé à appréhender. La brutalité de ce genre et la soudaineté des cataclysmes dans le quotidien d’une nation est synonyme d’une rupture mentale. La série des Redresseurs parle bien sûr de la perte d'une relation filiale, de la dangerosité du pouvoir qui corrompt et de la faiblesse du politique mais la série est avant tout un conte désenchanté de la fin d’adolescence dans un environnement crépusculaire fracturée.

 

On ne peut pas s’immerger dans quelque chose, déclara doucement Prof, sans en arriver à le respecter.

 

Nouveaux personnages et nouvelles révélations

David aurait aimé discuter pendant des heures d’armes à feux avec Wax et Wayne et des Verticalités pourraient être aisément ouvertes grâce à des Epiques. Mais trèves de cosméries car cette histoire n'en fait évidemment pas partie (#jevoislecosmerepartout). Brandon Sanderson continue d’imprégner ses œuvres de dimensionnalités cognitives, de réflexions taxinomiques et de classifications. Un mythologue peut en cacher un autre et une façade d'immeuble babilarienne peut abriter une jungle phosphorescente éclairée à la Lueur d’une révélation. Les nouveaux environnements de ce livre sont rafraichissants, permettent l’extension du panorama fracturée et affine notre vision du monde post-Calamité. Le passé de certains personnages est révélé, des plans cachés dans des plans sont dévoilés et des stratagèmes démasqués. Les nouveaux personnages, qui soient une tankiste, un entrepreneur de pompes funèbres ou ayant un sourire contagieux, sont des bons ajouts au récit. Le Panthéon des Epiques s'agrandit grâce à ce roman et devient de plus en plus diversifié et contient de très bonnes parodies et clins d'oeils. Certains Epiques ont des pouvoirs d'invincibilité, tandis que d'autres ont des pouvoirs absurdes, effrayants, et troy-esque (#lanfeustdetroy). N'oubliez pas surtout de vous régal-(ia)-ez de fruit avant la prochaine Annihilation….

 

La série The Reckoners a été adapté en jeu de plateau coopératif dont le but est de vaincre Coeur d'Acier. Les llustrations pour chaque membre des Redresseurs valent le coup d'oeil.

 

Vous n’allez pas vous arrêter en si bon chemin ! Brasier recèle de nombreux indices et quelques renvois à d’autres œuvres de Brandon Sanderson. Prenez votre spyrial et envolez-vous à travers la Place Delfino les immeubles de Manhattan, traverser Central Bay et faites une halte sur Long Island. Vous verrez, ça vaut le coup. Lire The Reckoners après Les Archives, Fils-des-Brumes, Skyward ou encore Elantris est une expérience en soi car vous allez prendre plaisir à repérer des archétypes venant de nombreuses pérégrinations. Cette lecture est un plaisir comparable à manger un bon hot-dog de Newcago (sans ketchup !) après une bataille au Soldier Field. Calamité n’attend plus que vous.

 

Cet endroit était aussi sombre qu’un tas de charbon à minuit. Ou en tout cas, aussi sombre qu’un grain de raisin à minuit – ou quasiment n’importe quoi à minuit.

Coeur d'Acier T.2 Brasier (The Reckoners : Firefight, Livre 2) de Brandon Sanderson (2015 en VO, 2016 en VF, Le Livre de Poche), traduction de Mélanie Fazi

Où le trouver

Chez l'éditeur

Site personnel de Brandon Sanderson

Site personnel de Mélanie Fazi

Crédits Couverture France : Alain Brion (Les Archives, Skyward)

Crédits Couverture US : Craig Shields

Crédits Couverture UK : Sam Green (Les Archives, Fils-des-Brumes, Skyward)

 

Critique - The Reckoners T.2 Brasier (Brandon Sanderson) : Une histoire de fortune cookies recouverts d’aérosolCritique - The Reckoners T.2 Brasier (Brandon Sanderson) : Une histoire de fortune cookies recouverts d’aérosolCritique - The Reckoners T.2 Brasier (Brandon Sanderson) : Une histoire de fortune cookies recouverts d’aérosol

Commentaires