Critiques

Critique - Lune du loup (Ian McDonald): récit d'une vengeance!

Par Richard Lecastor
4 20 octobre 2022
Critique - Lune du loup (Ian McDonald): récit d'une vengeance!
On a aimé
- Les intrigues et la tension autour des personnages.
- L'évolution des personnages.
- Les nombreux clins d'œil aux autres œuvres de la SF.
On n'a pas aimé
- une baisse de rythme à la moitié du roman.
Lune du Loup est le deuxième tome du cycle de Luna, de l'auteur britannique Ian McDonald. Le deuxième tome est publié dès 2017 au Royaume Unis, dès 2018 en France chez Denoël dans la collection "Lunes d'encre" puis enfin réédité en 2021 au format poche chez Gallimard (collection Folio SF). 
 
 
Le résumé
Le récit reprend deux ans après les événements présentés dans Nouvelle lune (retrouvez notre critique ici). Adriana Corta, la fondatrice de la famille Corta, est morte. Les Mackenzie ont renversé son empire dans un bain de sang. La production de l'Hélium 3 se retrouve sous le contrôle de la famille Mckenzie. Les Vorontsov et les Asamoah essayent de garder une neutralité de façade, tout en vendant leurs services aux plus offrants. Et les Suns, quant à eux, cherchent discrètement à affaiblir leur adversaire. Mais les survivants de la famille Corta n'ont pas dit leur dernier mot. La vengeance est un plat qui se mange froid.
De nouvelles intrigues politiques se mettent en place au fur et à mesure que de nouveaux protagonistes font leur entrée. Peu de Corta ont survécu au massacre. Parmi eux, Lucas, le fils d'Adriana, s'est réfugié sur Terre, d'où il prépare son retour depuis plus de 18 mois avec l'aide de sa cousine Alexia. Sa sœur Ariel, paraplégique et très diminuée, se retrouve employée par Jonathan Kayode, le président de la très puissante LDC (Lunar Development Corporation). Les petits enfants Lucasinho et Luna sont eux privés de ressources et ont trouvé refuge sous la protection de la famille Asamoah. Lors d'une fête donnée en l'honneur des 105 ans de Robert Mckenzie, un attentat entraîne la mort de plus de 200 personnes - dont Robert. La vengeance de Lucas qui ne fait que commencer.
 
La Lune du loup est celle de janvier, celle du froid et de l’obscurité maximum, celle où la faim et le manque font hurler les loups.
 

Notre avis

Une suite convaincante :
Ce second tome reste dans la continuité du premier, l'auteur nous plonge plus encore, dans une société lunaire, ou les mœurs ont évolué aux antipodes des enjeux économiques et politiques. Dans Lune du Loup, on retrouve de nombreuses intrigues et complots politiques, des retournements de situation, et un florilège de personnage. Un joli cocktail qui n'est pas sans me rappeler d'une part la saga du trône de fer et d'autre part les films de Far-West et leur ruée vers l'or. Ici, l'or a été remplacé par des métaux rares exploités uniquement sur la lune, faisant du contrôle de ces ressources, une nouvelle nécessité dans la lutte pour la colonisation de la lune. La lune est gouvernée par de grandes familles (entreprises), qui ne cherchent en permanence que le profit quitte à s’entretuer. C’est la loi du plus fort qui régit la Lune et certaines familles s'entre-déchirent à nouveau sur les cendres de leurs ennemi à peine vaincus. Les coups de sang et les manœuvres politiques s'enchaînent judicieusement. Tout étant toujours négociable et monnayable, les relations sociales ou sexuelles, prennent alors un sens beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Ian Mcdonald ayant mis en place les bases de son récit dans le 1er tome, il est bien plus facile pour le lecteur de naviguer parmi les différentes intrigues. J'ai apprécié une nouvelle fois les appendices fournis par l'auteur, qui permettent de comprendre la filiation de chaque personnage.
 
Une perte de rythme au milieu du roman pour une fin ouverte :
Ce nouveau roman fait la part belle aux flashbacks, ce qui permet de faire avancer différentes intrigues sur un même plan, ainsi nous assistons au retour sur Terre de Lucas en parallèle des événements ayant lieu sur la lune. Alors que la plupart des Corta ont été massacrés dans le premier tome, on s'attache rapidement aux survivants et on veut savoir comment ils vont s'en sortir. Le voyage de Lucas vers la Terre puis son retour sur la Lune s'étale sur 2 ans, cela permet de développer son personnage ainsi que ses plans de vengeance. Les intrigues autour des autres personnages sont différemment menées, certains personnages sont complètement délaissés (Robson) et d’autres se retrouvent sur le devant de la scène. Ainsi, lorsque Lucasinho et Luna se retrouvent en danger, cela donne du rythme et une tension au roman.
 
Malheureusement, après un début rythmé, le roman souffre d'un passage à vide d'environ 100 pages après l'anniversaire de Robert Mckenzie. L'auteur sera rapidement pardonné puisque l'histoire s'accélère rapidement avec une fin plus ouverte que dans le premier tome. Lune du Loup s'articule autour de la vengeance de Lucas et réussi son pari. Le troisième et dernier tome, Lune montante, devrait nous livrer quelques belles surprises.
 
 
Critique - Lune du loup (Ian McDonald): récit d'une vengeance!