Critiques

Critique - Les Archives de Roshar T.1 La Voie des Rois 1 et 2 (Brandon Sanderson) : Infusion de hard-fantasy à l'idéogéographie tempêtueuse

Par Mathieu - Matiou
3 min 25 mars 2022
Critique - Les Archives de Roshar T.1 La Voie des Rois 1 et 2 (Brandon Sanderson) : Infusion de hard-fantasy à l'idéogéographie tempêtueuse
On a aimé
- Son Univers, le world-building, sa mythologie,
- Le système de magie (hard fantasy)
- L’histoire qui prend son temps
- Son importance dans le Cosmère
On n'a pas aimé

Pérégrination Sandersonnienne #4 Continuons nos pérégrinations sandersonniennes avec le premier Livre des Archives de Roshar : un début d'une saga cosmérienne d'importance réalmatique ! Peut-être ma pérégrination la plus importante et la plus émotionnelle.

C'est grâce à l'histoire de Vin de Scadrial que Mr. Sanderson, publié depuis 2005, s’est fait connaitre de la famille du regretté Robert Jordan pour reprendre et finir le cycle de La Roue du Temps. C'est ainsi que Brandon Sanderson a respecté la vision de Robert Jordan en écrivant les trois derniers tomes de la saga : The Gathering Storm (2009, sorti en France tout récemment le 6 octobre dernier aux éditions Bragelonne), Towers of Midnight (2010) et A Memory of Light (2013). Certains mots utilisés ne sont pas anodins et sont des échos à ses prochaines œuvres.

Les Archives de Roshar est un voyage cosmérien (en référence au Cosmere Universe de l'auteur) de grande ampleur où les émotions transcendent le Cognitif et où les gemmes s'investissent de lumières. Brandon Sanderson nous dévoile, grâce à ce premier livre des Archives, sa fantasy la plus appronfondie et holistique. Cette oeuvre de hard-fantasy, avec la saga Fils-des-Brumes (Mistborn), constituent évidemment une part importante de la charpente du Cosmère et La Voie des Rois sera donc un passage obligé à emprunter pour avoir la chance d'apprécier toute l'étendue des vastes parcelles de ce vaste univers partagé. Ces étincelles transcendent le temps et l’espace à travers les répétitions, les héritages et les emprunts à des références communes et mythologiques. S'inspirant de longues traditions en fantasy, ce premier livre des Archives de Roshar (The Stormlight Archive en version originale) est un début de cycle passionnant et captivant qui s'émancipe grâce à des éclats d’originalité qui font et feront honneur à la fantasy.

Note #1 : Les Fils-des-Brumes est l'autre grande saga de Brandon Sanderson dont le premier cycle est consacré à Vin, une des grandes figures héroiques du Cosmère dont font partie Shallan, Navani, Jasnah, Sarène, Siri, Vivenna et Khriss.

Ecrivain de hard-fantasy, de post-apocalyptique super-héroique, de space opera, youtubeur et influenceur avec plus de 200 000 abonnés, Brandon Sanderson est et sera un auteur important des littératures de l'imaginaire. Mais c'est véritablement son Cosmère, son chef d'oeuvre, qui constituera sa postérité de demain. L'idée de cet univers partagé lui vient de sa lecture du cycle de Fondation et des Robots d’Isaac Asimov. Le raccordement d’histoires entre ces deux cycles d’Asimov l'a profondément ébloui mais cela ne lui suffisait pas...

Note #2 : Isaac Asimov et ses compères du "Big Three" (Robert A. Heinlein et  Arthur C. Clarke) succédèrent aux fondateurs de la science-fiction, Jules Verne, H. G Wells et Hugo Gernsback, et précédèrent le duo Philippe K. Dick et Frank Herbert  (le monde de Taldain dans le roman White Sand est directement inspiré de Dune)

 

Ce raccordement littéraire était certes incroyable mais rétroactif et édifié en milieu de chemin. En pensant à créer une cohérence interne réfléchie dès le début de son écriture et en étant réaliste quant aux exigences du milieu des éditeurs et des publications, Brandon Sanderson a commencé par écrire des récits d'un seul tenant qui  appartiennent bel et bien au Cosmère. Les oeuvres d'Anne McCaffrey (La Ballade de Pern) et de David Eddings (Le cycle de la Grande Guerre des Dieux constitué de la Belgariade, la Mallorée et les préquelles sur Belgarath et Polgara) ont été quant à eux des sources d'inspiration pour Les Archives. Le Cosmère s'étend déjà sur plus d'une vingtaine de romans et va continuer de s'étendre sur plus de trente-cinq volumes (livres, nouvelles) répartis sur six mille ans d'histoires interconnectées. Il est néanmoins possible d'apprécier La Voie des Rois sans avoir lu aucun récits de l'univers partagé. Il constitue en ce sens une des voies royales d'accès au Cosmère...

 

 

Couvertures françaises par Alain Brion. Ilustrateur de plus de 100 oeuvres en SFFF (dont les couvertures françaises du cycle de Fondation d'Isaac Asimov)

Couverture originale par Michael Whelan, un habitué du genre, connu notamment pour ses créations dédiées aux oeuvres d'Isaac Asimov (décidément...).

 

La Voie des Rois, traduit de l'anglais américain par la talentueuse Mélanie Fazi, raconte les histoires mêlées de Kaladin de Pierre d’Atre, ancien soldat devenu esclave à cause d’un pâle-iris et engagé dans l’armée en tant que homme de pont ; l’histoire de Shallan, jeune femme ayant une enfance difficile à cause d’un père tyrannique, en quête d’un objet pouvant renflouer la fortune familiale, et l’histoire de Dalinar, un général pâle-iris de la Maison Kholin de la nation d’Alethkar en deuil et en guerre avec la nation Parshendie après l’assassinat de son défunt frère et roi Gavilar. La guerre est féroce dans les Plaines Brisées et les Chevaliers Radieux ne sont plus que des légendes des Désolations du passé...

 

C'est le Vorinisme, la religion dominante dans les Royaumes Vorins

(Alethkar, Jah Keved, etc.), qui justifie la division entre les pâles-iris et

les sombres-iris et l'interdication aux hommes d'apprendre à lire et à écrire,

considérés comme des arts féminins

 

En inventant "Les Trois Lois de la Magie" (#asimov), Brandon Sanderson voulait démontrer que la fantasy n’est pas en manque de consistance et n’a pas à rougir face à la science-fiction. Ces "Lois" ne sont pas une volonté de tout limiter par des règles intransigeantes, cela vient plutôt de la volonté de l’auteur de créer un espace où un système de magie est exploité correctement du point de vue de la perception du lecteur et lectrice. Il explique aussi dans cet essai (accessible en ligne) les tenants, les aboutissants et les œuvres appartenant selon lui soit à la Magie Douce ou à la Magie Dure.

 

Première Loi : "La possibilité pour l'auteur de résoudre un conflit

par la magie est directement proportionnelle à la manière

dont le lecteur comprend cette magie."

Deuxième Loi : "Les limitations d'un système de magie sont

plus importantes que les pouvoirs"

Troisième Loi : "Développez ce que vous possédez déjà

avant d'ajouter quelque chose de nouveau"

(Loi Zéro : "Dans le doute, fais ce qui est cool" )

 

La Fluctomancie est indéniablement un système de magie dure, au même titre que la Chromaturgie du Porteur de Lumière de Brent Weeks, le Sympathisme et la Sygaldrie du Nom du Vent de Patrick Rothfuss ou encore la Pulvisomancie de Brian McClellan, un autre représentant de la hard-fantasy (Hard dans le sens où le surnaturel est tellement naturalisé et où le système de magie a une forte dimension scientifique). Hard car l'auteur explique avec moult détails les mécanismes sous-jacents de cette magie fondé sur l'infusion de pierres précieuses, de flux, de liens naheliens, de fabriaux et de Lumières. Brandon Sanderson ne tombe pas cependant dans le piège de représenter sa magie de façon austère en voulant tout expliquer. Sa magie a le pouvoir de suspendre notre incrédulité et de nous happer par sa vraisemblance. Ce système est ingénieux et il reste suffisamment mystérieux pour apprécier les futurs rebondissements à venir.

 

La Fluctomancie est un système magique cosmèrien

parmi tant d'autres : l'AonDor, les Maîtrises du Sable, les Arts Métalliques,

les Elévations BioChromatiques, etc. 

 

L'immersion au sein de ce nouveau monde imaginaire est permise par de nombreux artefacts : des épigraphes thématiques à chaque début de chapitre, les ketek (poésie palindromique), des interludes passionnants, une riche cartographie, et les planches naturalistes de la magnifique faune et flore de Roshar. L'imaginaire tellement débordant ne peut décidement pas se limiter à son lit littéraire mineure (la seule écriture).

 

Les trois premiers livres de la série compte plus de 500 néologismes

(en excluant les toponymes et anthroponymes), réparties en lexèmes d'idéolangues

(langues inventées ; chull, crémillon, havah, etc.), les composés néoclassiques

(mots composés avec une racine d'une autre langue ; Avérite, fulgicien, etc.)

et les compositions monosyllabiques (Marchevent, Tisseflamme, etc.)

[Annie-Boismenu Lavoie, 2021, lien en fin de chronique]

 

Chaque livre des Archives devient ainsi une oeuvre du 9eme art grâce aux magnifiques illustrations intérieures. La maîtrise des scènes d’action et les joutes verbales entre les protagonistes sont aussi une grande qualité de ce récit, tout comme la description des introspections des personnages. Nous prenons le temps de connaitre les pensées intérieures, les psychés des héros et héroïnes, leurs tourments, inquiétudes, interrogations, leurs hésitations et leurs peurs. Les Archives de Roshar est une histoire progressive qui se savoure sur le temps long car le world-building y est foisonnant.

 

La Vie avant la Mort. La Force avant la Faiblesse. Le Voyage avant la Destination.

 

Chaque chapitre est centré sur un point de vue d’un personnage et cela se remarque d’emblée par la symbolique constituée de dessins et les arches titulaires des icônes des chapitres. Cela permet de vraiment comprendre les pensées profondes des personnages et d’avoir une belle expérience de lecture. Les interludes entre les chapitres permettent un décentrement bienvenu pour avoir une vision globale de l’histoire à l’échelle de tout Roshar. La galerie de personnages est dense et diversifiée et varie entre les héritages d’archétypes, de personnages féminins et masculins complexes car ayant des pensées conflictuelles et un historique tortueux. L’auteur arrive à nous faire vivre la dépression de Kaladin et sa force de vivre, la volonté de Shallan à vivre dans le mensonge permanent et il arrive à nous faire aimer Dalinar et sa droiture austère et déchirante. Les personnages sont vivants et réalistes car l’univers de Roshar est lui-même réaliste.

 

Un naturaliste sur Roshar #1 :

Brandon Sanderson et les crustacés : une histoire d’a(no)mour.

Les Brachyoures, les Macroures et les Anomoures ont servi d'inspiration

pour la faune dominante sur Roshar avec différentes formes plus ou moins

très grandes dans les Iles Reshi, les Plaines Brisées et Alethkar :  les varvax,

les santhids, crémillons, les hachedogues, Démons-des-gouffres, les Tai-na

ou "îles vivantes", etc.

 

Roshar, le Monde des Tempêtes, est un monde difficile parcourue par des tempêtes d’envergure planétaire. La géographie politique, la géomorphologie et l’histoire naturelle de ce monde est passionnant et émerveille à chaque instant. Toute la biodiversité de Roshar s'est adaptée à ces tempêtes qui façonnent, érodent, et modèlent les paysages d'Alethkar, de Jah Kheved et des anciens royaumes de Makabakam. Roshar a une historicité et une mythologie et une chronologie de plus de quatre-mille-cinq-cents ans. La création du world-building du monde de Roshar est considéré par Brandon Sanderson comme son "joyau", une oeuvre lui permettant d'exprimer sa créativité de constructeur de monde sans aucune limite.

 

Un naturaliste sur Roshar #2 : 

Les tempêtes géomorphologiques de Roshar.

Les tempêtes imprégnent de nombreux champs lexicaux des idéolangues de Roshar.

La biodiversité et la géodiversité  [François BETARD,

lien en fin de chronique] est systémique : le crémon (roche sédimentaire

détritique post-tempête), les lèthes, les plantes rétractiles, etc.

 

Extraits d'illustrations provenant des dessins

de Shallan "McSweeney" Davar

 

Les sprènes (spren) transcendent les royaumes et représente une magie douce dont nous n'avons pas les clés de compréhension. Les sprènes sont des figures poétiques d'une histoire profondément lyrique. Ces êtres de la nature de Roshar ne sont ni des humains et ni des non-humains (animaux), ils caractérisent une nouvelle branche phylogénétique. Ils sont une chose commune et banale sur Roshar. Certains sont liés à des sentiments humains et d'autres à des éléments de la nature. Ils sont des entités et un peuple du merveilleux, des représentations mi-kami  japonais mi-fée européenne et appartiennent à un au-delà perceptif. Roshar ne serait pas la même sans ces morceaux d’éclats...

 

Un naturaliste sur Roshar #3 :

L'idéogéographie de Roshar.

La création du monde de Roshar est architecturale et diégétique.

La forme du monde des Tempêtes a une crypto-signification...

 

Carte par Isaac Stewart (lien de son site internet personnel en fin de chronique)

 

Le genre de la hard-fantasy n'est plus le même grâce à Brandon Sanderson. La saga, prévue en deux cycles et dix romans, en est déjà à son quatrième livre, Rythmes de Guerre (en deux volumes en VF). Cette lecture pourrait vous amener à lire d’autres livres du Cosmère, dont la double trilogie (quatre de prévu) des Fils-Des-Brumes, Elantris (son premier livre), le roman graphique White Sand et Warbreaker ! Les apparences sont parfois trompeuses, l’histoire falsifiable et le voyage est plus important que la destination. Voilà quelques leçons apprises en douceur grâce à l’écriture fluide et envoûtante de Brandon Sanderson et c'est pourquoi je recommande fortement cette lecture à tous ceux qui aiment la high et la hard-fantasy et les grands cycles faits de digestion d’héritages depuis le début de la fantasy et de poussées éclatantes vers d’autres horizons narratifs et conceptuels. Consultez les prévisions des fulgiciens, revêtez votre Armure d'Eclat et préparez vous une infusion de fulgiflamme pour la prochaine Désolation...

Merci Mr Sanderson. Merci à Mélanie Fazi, La Première des Pérégrines de ce vaste multivers sandersonien.

Mes pérégrinations ne s'arrêtent pas là et vont se poursuivre dans une prochaine chronique... Malicieusement vôtre. 

 

Chez l'éditeur

Où le trouver

Pour les plus curieux : 

Site personnel de Brandon Sanderson

Site personnel de Mélanie Fazi, traductrice et autrice 

Site personnel du cartographe Isaac Stewart (spoilers)

Mémoire d'étude "Traduction de néologismes en littérature fantastique -Etude de cas sur la traduction française de The Stormlight Archive de Brandon Sanderson" par Annie-Boismenu Lavoie, 2021, Québec, Canada

Alain Brion est dessinateur/scénariste pour les séries Exaclibur et Androïdes (T.10)

Définition de la géodiversité (INPN)

"La géodiversité representée. Entre art, sciences et imaginaires géographiques" de Claire Portal et François Bétard

Crédits Couverture US : Michael Whelan

Crédits Couvertures France : Alain Brion (Skyward, Elantris, Coeur d'Acier)

Crédits Carte du Monde de Roshar : Isaac Stewart 

Crédits Couverture UK : Sam Green

Crédits Couverture Allemagne : Heyne Editions

Crédits Couverture Hongrie : Péter Kovács

Crédits Couverture Russie : Sergey Shikin

Crédits Couverture Chine : Jian Guo

Critique - Les Archives de Roshar T.1 La Voie des Rois 1 et 2 (Brandon Sanderson) : Infusion de hard-fantasy à l'idéogéographie tempêtueuseCritique - Les Archives de Roshar T.1 La Voie des Rois 1 et 2 (Brandon Sanderson) : Infusion de hard-fantasy à l'idéogéographie tempêtueuseCritique - Les Archives de Roshar T.1 La Voie des Rois 1 et 2 (Brandon Sanderson) : Infusion de hard-fantasy à l'idéogéographie tempêtueuseCritique - Les Archives de Roshar T.1 La Voie des Rois 1 et 2 (Brandon Sanderson) : Infusion de hard-fantasy à l'idéogéographie tempêtueuseCritique - Les Archives de Roshar T.1 La Voie des Rois 1 et 2 (Brandon Sanderson) : Infusion de hard-fantasy à l'idéogéographie tempêtueuseCritique - Les Archives de Roshar T.1 La Voie des Rois 1 et 2 (Brandon Sanderson) : Infusion de hard-fantasy à l'idéogéographie tempêtueuseCritique - Les Archives de Roshar T.1 La Voie des Rois 1 et 2 (Brandon Sanderson) : Infusion de hard-fantasy à l'idéogéographie tempêtueuseCritique - Les Archives de Roshar T.1 La Voie des Rois 1 et 2 (Brandon Sanderson) : Infusion de hard-fantasy à l'idéogéographie tempêtueuseCritique - Les Archives de Roshar T.1 La Voie des Rois 1 et 2 (Brandon Sanderson) : Infusion de hard-fantasy à l'idéogéographie tempêtueuse

Commentaires