Dossiers

Please Hollywood #21 : Metroid Prime par Neill Blomkamp

Par Republ33k
13 juillet 2015

Aujourd'hui, on vous propose un nouveau Please Hollywood fait par l'un de nos lecteurs ! Et cette fois-ci, c'est L'Inévitable Bulk qui s'y colle avec une adaptation de Metroid sur grand écran ! - Republ33k

C'est un fait , les adaptations de jeux-video s'inviteront dans les salles de cinéma à partir de l'année prochaine avec Assassin's Creedstarring Michael Fassbender dans le rôle principal et Marion Cotillard. Si l'assassin à capuche ouvrira la marche, Dwayne « The Rock » Johnson et son équipe gagnante emboîtera le pas avec Rampage, l'adaptation du jeu arcade de destruction massive provoqué par des monstres géants. Enfin, Pixels de Chris Colombus avec Adam Sandler et Donkey Kong fera office de plat d'entrée au mois de juillet .

Sans réelle transition (on notera la minuscule introduction bien sentie faite au grand gorille à cravate), Nintendo n'échappera sans doute pas à la folie des adaptations cinématographiques et bien que - pour ma par t- je ne sens que très peu la chose (son catalogue propose des jeux à gameplay et pas vraiment à scénario comme un Uncharted ou un The Last of Us d’ailleurs tous deux sur les rails de la production à Hollywood), je ne peux pas cacher une certaine curiosité et même y consacrer une attention toute particulière.

Car la compagnie basée à Kyoto aura beau nier des rumeurs bien trop persistantes, les échanges avec Sony sur un éventuel film d'animation Super Mario ainsi qu'une adaptation en série de The Legend Of Zelda sur Netflix (puis apparemment déplacée chez Amazon) vont bien être officialisés dans un futur plus ou moins proche. D'autant plus que la société nippone aurait récemment été contactée par Disney dans le but de lui filer les droits d'adaptation de tout son catalogue ! Affaire à suivre...


Si Super Mario et The Legend Of Zelda ne font pas exception à la description de «jeu à gameplay», Metroid s'écarte plus du lot. La trilogie Metroid Prime avait cet aspect cinématographique, avec de belles cinématiques presque hollywoodiennes, assez inédit chez Nintendo...

Et on critiquera Other M pour son final décevant mais qui poussait la chose encore plus loin. On ajoutera que les trois premiers plateformers (Metroid , Return of Samus et Super Metroid) proposaient, avant la trilogie Prime, un arc scénaristique simple mais intéressant très proche d'un film Alien (inspiration d'ailleurs confirmée par l'éditeur).

Alien , justement.

La franchise revient (enfin!) après tant d'années, puisque le quatrième opus sortait sur les écrans en 1997. Le cinquième film a été officiellement annoncé, avec Neill Blomkamp aux commandes. Des grosses franchises « spatiales » reviennent sur le devant de la scène avec Star Wars The Force Awakens et Independance Day Resurgence ainsi queThe Martianréalisé par Ridley Scott qui sortira en octobre prochain. Nintendo entrera à son tour dans cette nouvelle ère d'adaptation cinématographique et pour se faire facilement accepter par un plus large public, elle aura sans doute besoin de se coller à la hype galactique.


Réalisateur(s) ?

Gareth Edwards (Monsters , Godzilla , Star Wars Anthology : Rogue One) et Alfonso Cuaron (Gravity) furent pendant un temps mes choix privilégiés. Le premier - très friand de SF - donne un aspect visuel organique à ses films : Monsters avait cette jungle mexicaine suintante, très hostile et grouillante de vie terrestre et extraterrestre qui pousse vers l'exploration, typique de certaines parties de Brinstar dans Super Metroid.

Metroid et notamment la trilogie Prime a aussi un aspect mécanique, man-made et industriel dans son level design et celui des vaisseaux, proche d'un univers visuel Star Wars. Ajoutons que le protagoniste de Rogue One sera féminin, comme celui de Metroid : Samus Aran. Cuaron, aussi, a réalisé Gravity avec une actrice (Sandra Bullock) dans le rôle titre. Son choix peut être pertinent pour cet aspect - finalement assez facile - mais aussi pour ce sentiment de vaste océan de vide , froid et hostile dont les deux derniers éléments sont propre à un jeu Metroid.



Le problème de ces choix vient justement du premier point : vaste. Star Wars c'est de l'epicness à grande échelle, ajoutez une composition de John Williams et le tour est joué. Or Metroid, c'est tout l'inverse : c'est un huit-clos spatial, fermé et cela malgré une superbe OST. Il y a très peu de phases à l'air libre et les combats contre lesbosses se déroulent dans des pièces ou lieux minuscules... L' hommage fait à Alien est, encore, clairement présent et assumé.

Le choix apparaît donc évident, Neill Blomkamp. On ne le présente plus actuellement mais à l'époque où le sud-africain était encore inconnu, il avait été choisi pour réaliser l'adaptation de Halo après Alive in Joburg qui deviendra plus tard (le très bon) District 9. Notons que le design des fameuses « crevettes » ressemble étrangement à celui des pirates de l'espace dans Super Metroid. Mais le choix s'est surtout fait en visionnant Elysiumet particulièrement la fin du film. Certaines scènes se déroulent dans des couloirs sombres, clos et étroits presque intestinaux comme ceux que l'on peut voir dans Metroid.


Le personnage de Matt Damon les faufile filmé caméra à l'épaule, a la manière d'un FPS, que l'on retrouve dans Metroid Prime. D'ailleurs les scènes sur Terre ont un aspect sale et malsain (zone de guérilla urbaine en fond, bâtiments effondrés, véhicules sales...) et aide à voir comment Blomkamp pourrait s'en inspirer pour ses paysages de désolation comme les ruines chozo ou lieux désertés. On aime ou non le jeune réalisateur, surtout après le four qu'a pu être Chappie et un Elysium vaguement décevant (un gros « mouais »), mais on ne peut pas nier une inspiration visuellement fraîche et nouvelle, empruntée à une pop culture bercée par une SF nippone, occidentale et surtout vidéo-ludique qui peut servir efficacement l'adaptation d'une licence casse-gueule

Scénario

Adapter la trilogie Metroid Prime reste le plus plausible pour plusieurs critères auparavant cités : un aspect cinématographique propre à cette franchise, des voix (!), et une origin storydévoilée dans le premier Prime. Cependant, Nintendo et le studio associé peuvent très bien choisir d'adapter les trois premiers jeux en un film et ajouter quelques éléments comme l'origin story comment ciment de base, puis partir sur la dimension parallèle et Dark Samus par la suite. Le (premier) film Metroid doit être visuel et avoir une ambiance propre à lui-même : introduire l'univers comme un Mad Max Fury Road par exemple.

Casting

Les raisons qui m'ont convaincu à écrire ce Please Hollywood furent, entre autres, le visionnage d'Edge of Tomorrow. C'est une bonne première adaptation de plusieurs concepts vidéo-ludiques avec un scénario solide un casting de haute volée  : Tom Cruise et, surtout, Emily Blunt. Loin d'avoir l'image de la nunuche aux côtés d'un lâche - puis héros - quinquagénaire à la mâchoire bien carré, le personnage d'Emily Blunt adopte celle d'une femme à la fois forte, froide et solitaire. Un caractère et un état d'esprit qui rappellent fortement Samus. L'actrice a d’ailleurs assez de charisme pour porter un film a elle toute seule.

 

On peut également penser à Charlize Theron mais celle-ci est déjà occupée avec Mad Max : Wasteland et, peut-être, Captain Marvel du côté de la Maison des Idées. Elle peut également porter un film à elle seule, Mad Max Fury Road l'ayant démontré.

 

On choisira peut-être Olivia Wilde pour son jeune âge et son minois, mais si celle-ci a côtoyé la SF (Tron Legacy, Cowboys vs Aliens) le retour plutôt tiède des ces films et son jeu timide risquent de ne convaincre personne.

Please Hollywood #21 : Metroid Prime par Neill Blomkamp

Commentaires